AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 23

MessageSujet: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Sam 28 Sep - 13:52

La chaleur de cette journée de septembre avait été étouffante. Les derniers rayons du soleil venaient de s’éteindre derrière l’astre lunaire éclatant. C’était la pleine lune, et aucun habitant de Pass-Magic n’avait besoin de lumière artificielle pour s’éclairer. Les rayons de la Lune étaient une magnifique lumière naturelle. Sa forme ronde et entière se reflétait dans l’eau de la cascade. J’admirais ce spectacle avec un sentiment de plénitude. Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentie si bien. La colère avait laissé place à l’envie de se reconstruire, le chagrin avait lui même laissé sa place à l’apaisement. Je respirais au rythme des petites vagues qui déferlaient sur les bords de la cascade. Il y a bien une petite heure que je suis ici simplement à me tremper les pieds. Le bas de ma robe devait tremper dans l’eau, mais cela m’était égal. Je profitais de ces derniers jours d’été avec délectation. Dans quelques semaines, un froid glacial remplacerait la douce chaleur de l’été et ce pour de longs mois. En cette fin de soirée, l’envie de prendre l’air avait été plus exacerbée que d’autres soirs. Fermant quelques instants les yeux, je me plonge dans un état de semi-sommeil. Je sais très bien que je ne m’endormirais pas ce soir mais je n’avais pas particulièrement envie de rentrer. Rentrer... à la maison ? Mon visage tique, mes dents grincent. Suis-je vraiment chez moi là-bas ? Ou devrais-je un jour retourner dans ma propre maison ? Des derniers souvenirs que j’en ai, ma maison ressemble plutôt à un tas de cendres dans certaines pièces. Je refoule ses pensées douloureuses ne voulant pas de nouveau me replonger dans cette période difficile. Je l’avais traversée, et il n’était pas nécessaire de revenir dessus. Les yeux toujours fermés, je replonge dans mes souvenirs. Des souvenirs lointains, presque effacés. Seuls les bruits et les odeurs restent, les images s’évaporent. Je revois ma grand-mère me préparer le petit déjeuner avant que je n’aille à l’école. C’était l’époque où je ne connaissais rien de ce monde. Où ma vie était simple : se lever, aller à l’école, prendre le goûter, jouer avec grand-mère et dormir. Je ne sais pas si je voulais revenir à cette époque. L’époque de l’insouciance, de l’inconscience. Je ne sais pas... J’ai tant appris à Pass-Magic. Tant appris sur moi-même au contact de Kalia, Max ou encore Zark. Mais j’ai également tant perdu aux côtés de Vaurel, Félicia ou Matthew... Mes muscles se tendent davantage dès que je repense à lui. Je ne suis pas encore totalement guérie. Je sais que la guérison sera encore longue et semée d’embûches mais je suis prête à toutes les affronter. Lors de ma relation avec Matthew, je me suis perdue en route. Bien que mes sentiments étaient réels et profonds, je ne me reconnaissais pas dans mes actions ni même dans mes paroles. Comment suis-je parvenue à tomber amoureuse de lui ? Par quel miracle ou cauchemar (c’est selon votre convenance) ma haine a-t-elle pu se métamorphoser en amour ? Je secoue légèrement la tête pour m’ôter ce stupide questionnement de l’esprit. Il est bien trop tôt pour chercher des raisons à mes sentiments, au pourquoi et comment de mon coeur. Aujourd’hui, je veux redevenir celle que j’étais auparavant. Une femme forte et téméraire, fière et triomphante... Certes, je n’étais pas toujours triomphante. J’ai subi un grand nombre d’échecs dans ma courte vie mais ne dit-on pas que l’on apprend plus des échecs que des succès ? A l’aube de mes vingt-cinq ans, il était temps pour moi de faire table rase du passé pour investir dans l’avenir. Mais quel avenir vais-je me construire ? Une vie ici à PassMagic près de mes amis et encore plus proches de mes ennemis ? Ou alors une vie chez les humains loin de mes amis mais tout aussi près de mes ennemis ? Je ne me fais pas d’illusions, je ne m’en fais plus. Je sais pertinemment que je ne pourrais jamais tirer un trait entier sur les années que j’ai passées à Pass-Magic. Ce serait bien puéril et idiot de ma part de penser que ce n’était qu’une passade et que je pourrais retrouver ma vie d’avant. Pass-Magic m’appelle, c’est une étrange sensation. Passer des mois loin de cette ville me rend taciturne, et je ne suis pas femme à apprécier la mélancolie. Alors, je ferais ma vie ici. Je souris à cette pensée, c’était bien la première fois que je me sentais si apaisée. A Pass-Magic, le bonheur est de courte durée alors il faut s’y jeter à pleins pieds. Je repense à la conversation que j’ai eue avec Zark quelques jours auparavant. Une discussion que nous aurions du avoir il y a des semaines déjà. Par manque de courage et de force, je l’ai toujours repoussée pensant que le temps nous épargnerait cette difficile entrevue. Mais, il a bien fallu que je me résoudre à le faire. Ce ne fut pas aisé mais nécessaire. Aujourd’hui, où en sommes-nous Zark ? Destinés à être d’éternels amis ? Je ne sais pas si j’aurais le courage de maintenir toute ma vie cette amitié qui me tient tant à coeur. Tu es si complexe à comprendre et difficile à suivre que je me demande si c’est... Non, bien sûr que je veux que notre amitié perdure Zark. S’il y a bien quelque chose d’essentielle à mon futur, c’est ta présence comme celle de Kalia. Quand à celle de Matthew... Ta phrase résonne dans mon esprit. « Ne parle pas de choses dont tu ignores tout. Maintenant rentre chez toi. D’après ce que je sais, Elina n’est pas une femme très partageuse. Je ne le répèterai pas une troisième fois Matthew… Dégage ou c’est moi qui te jette dehors ! ». Mon coeur avait reçu un coup ce soir-là. Un coup de poignard, un coup de poing, je ne sais pas. Qui était cette Elina ? Quel est ce sentiment que je ressentais à l’entente de son prénom ? De la jalousie ? Certainement pas. Je n’éprouverai plus jamais un tel sentiment pour toi Matthew. Tu fais ce qu’il te chante, et c’est parfait ainsi mais... si rapidement ? Je me déteste de penser ainsi mais tu as tué notre...ton... un petit être et que tu retombes tout de suite dans les bras d’une autre femme. J’ouvre de nouveau les yeux, quel est ce bruit derrière moi ? Si j’ai bien appris quelque chose à Pass-Magic, c’est d’être toujours toujours sur ses gardes. Le danger peut venir de partout et surtout de nulle part. Je ne me lève cependant pas, attendant que le bruit se concrétise ou ne s’évanouisse dans le silence de la nuit. J’entends encore un souffle, mon ouïe s’est nettement développé depuis quelques années. « J’ai passé l’âge pour jouer à cache-cache alors... sors de ta cachette.» Toujours les pieds dans l’eau, je m’apprête cependant à attaquer. Qui que tu sois, ne me cherche pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elina Sawyer
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 41

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Dim 29 Sep - 16:23

"Dans les ténèbres, l'imagination travaille plus activement qu'en pleine lumière."

Le grand jour approchait… Ce jour où Matthew et Elina allaient soit tout gagner, soit tout perdre. Les paris sont lancés, les dés sont jetés, et les deux démons sont prêts à passer à l’action. Du moins, ils le sont presque. Duper les Princes n’est pas chose facile, les détrôner l’est encore moins. Mais une fois qu’on parvient à découvrir leur unique faille, les probabilités de réussite s’élèvent un peu plus, même si elles restent infimes. Le jour de leur départ, Matthew et Elina n’auront pas droit à l’erreur. Toute leur attention devra être concentrée sur leur objectif, et rien ne devra être capable de les distraire... Absolument rien, aucune pensée extérieure susceptible de révéler la moindre de leur faiblesse. Elina n’était pas la fille de n’importe qui. Son père, Lucifer, était sans aucun doute le plus rusé des quatre Princes. Son activité favorite consistait à détruire le mental de ses victimes, à briser leurs défenses jusqu’à ce qu’il n’en reste rien pour les faire devenir de vulgaires pantins à sa merci, jusqu’à ce qu’il se lasse d’eux et finissent par les achever ou les donner à ses frères pour qu’ils s’en chargent. En quoi ce détail était-il important ? En tant qu’héritière de Lucifer, personne ne pouvait entrer dans l’esprit d’Elina, de quelque manière que ce soit. En revanche, ce n’était pas le cas de Matthew. Ce dernier devrait donc être prêt, car Lucifer s’avèrera peut-être son ennemi le plus redoutable, or, à l’heure actuelle, il persistait toujours une distraction au fond de son esprit qu’il était encore possible d’atteindre.

Elina avait passé beaucoup de temps avec Matthew ces derniers mois, aussi bien pour la préparation de leur projet qu’au sein de leur intimité. Le démon avait appris à lui faire confiance, tout comme elle lui faisait aujourd’hui confiance. Elle avait été là, le jour où Matthew avait pris la décision de mettre un terme à la vie de son futur enfant destiné à naître dans le but de le sauver des Princes, et surtout de sauver la vie d’Ilana. Elle l’avait soutenu, le jour où il était revenu à son repère, les mains couvertes de sang, après avoir failli arracher la vie à Ilana. Et elle l’avait aidé à passer cette étape difficile qui l’avait hanté pendant de nombreuses semaines. Mais encore aujourd’hui, même si le démon avait accepté le fait qu’Ilana le déteste, son esprit était encore tourné vers elle. La haine que cette dernière porte à son égard ne s’efface pas, et Elina sait que cela affecte Matthew, parce qu’il n’a jamais osé lui avoué la véritable raison à son acte. De plus, il y a peu de temps, la démone avait appris ce qu’il s’était passé entre le père de Matthew et Ilana. Elle savait que Matthew avait lui aussi tenu à savoir ce qu’il s’était passé, et qu’il était allé jusqu’à avoir recours à un sortilège afin de connaître le dénouement de cette histoire. Si Zark et Ilana se sont remis ensemble, le démon devrait être assez fort pour la protéger des prochains évènements. En revanche, Matthew, tout cela ne doit plus te concerner. Et pour être certaine que cela ne soit plus le cas, Elina décida de libérer Matthew du poids qu’il porte sur ses épaules depuis déjà bien trop longtemps, et elle prit la décision d’aller rencontrer cette humaine dont l’attirance se répand comme un véritable poison chez les démons, un peu comme une autre démone qui lui ressemble d’ailleurs…

La démone apparut à la cascade, et se remémora la dernière fois qu’elle y était venue. C’était juste avant qu’elle ne récupère enfin l’intégralité de ses souvenirs et qu’elle parvienne à rompre la malédiction jetée par son père et ses oncles. Après avoir fait quelques pas pour parvenir jusqu’à cet endroit si frais et plein de vie d’où s’échappent des torrents d’eau qu’il est si agréable de sentir glisser contre ses mains, la démone finit par l’apercevoir. Ilana Alom. Elle resta quelques secondes à l’observer. La ressemblance avec sa cousine était si troublante qu’il lui était difficile de conserver un jugement objectif. Cela dit, elle savait que ce n’était pas Victoria. Elle avait déjà eu l’occasion de le constater la première fois où elle lui était tombée dessus sur le haut d’une falaise. C’était d’ailleurs la première à lui avoir parlé de Victoria, bien que cela n’avait pas été intentionnel. A cette époque, la démone ne se rappelait que d’une bribe de ses souvenirs. Aujourd’hui, les choses étaient bien différentes.


« J’ai passé l’âge pour jouer à cache-cache alors... sors de ta cachette.»

Perdue dans ses pensées, Elina en avait presque oublié la présence de celle qu’elle était venue voir. Elle fit quelques pas en direction d’Ilana, afin que cette dernière puisse enfin l’apercevoir. La jeune femme était toujours assise sur l’herbe, les pieds trempés dans l’eau. Mais Elina sentait bien qu’à n’importe quel moment il lui serait possible d’attaquer si cette dernière se sentait menacée. Fréquenter des démons, cela développe forcément quelques réflexes.

- Bonsoir Ilana, je suis ravie de te revoir. Tu te souviens peut-être de moi ? Certes notre première rencontre ne s’était pas déroulée sous les meilleurs auspices, mais j’espère que tu me pardonneras la confusion. Après tout, il n’y a pas que votre ressemblance qui est troublante, vous semblez également toutes deux posséder un charme qui opère plutôt bien sur les démons.

La démone esquissa un sourire du coin des lèvres. Cette première pique était involontaire, mais Elina ne pouvait s’empêcher de remarquer un certain nombre de points communs ente Victoria et Ilana. Matthew lui avait un peu parlé de cette dernière. Il lui avait appris qu’avant lui, sa grande histoire d’amour avait été avec son père, Zark. Mais il lui avait aussi appris qu’avant Zark, c’était un autre démon du nom de Terryl Shepeird qui avait souhaité en faire sa reine. Déjà trois démons sous le charme en seulement 25 ans d’existence, il était difficile de croire qu’un peu de sang de sa cousine ne coulait pas dans ses veines. Mais Elina n’était pas venue ce soir dans le but de dresser toutes les comparaisons possibles entre Ilana et sa cousine. C’est une autre raison qui l’amenait, alors elle décida de se montrer un peu plus courtoise.

- Je te prie de bien vouloir me pardonner. J’imagine que tu en as assez d’entendre les démons te comparer à Victoria. Je vais donc aller directement à l’essentiel. Je suis venue te demander de mettes de côté la haine, la rancœur et la colère que tu possèdes envers Matthew. Oublie ton ressentiment et abandonne l’idée de te venger. Les sentiments que tu as développés à son égard l’empêchent de pouvoir pleinement se concentrer, et là où nous allons, il n’aura pas droit à l’erreur.

S’attendant à un éclat de rire de la part de la jeune femme, Elina poursuivit aussitôt.


- Contrairement à ce que tu peux penser, tout ce que Matthew a fait était dans le but de préserver ta vie, et de sauver l’âme de votre enfant.

Allait-elle l'écouter ou bien lui demander de se mêler de ses affaires ? Elina doutait qu’Ilana apprécie beaucoup qu’elle parle de Matthew ainsi que de l’enfant qu’ils auraient dû avoir. Mais la démone jugeait qu’il était temps que la jeune femme connaisse la vérité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 23

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Dim 29 Sep - 19:29

L’intruse s’approche de plus en plus du bord de la cascade. Comment sais-je qu’il s’agit d’une demoiselle et non d’un vulgaire homme en manque de compagnie ? A son pas léger et à l’agréable odeur qui flotte dans les airs, je ne peux me tromper. J’esquisse un mince sourire tout en gardant les yeux fermés. Qui peut donc bien se promener aussi tard le soir dans un endroit perdu tel que la cascade ? Toujours sur mes gardes, j’attends que la jeune femme prenne la parole. A moins qu’elle ne tienne à commencer les hostilités avant même de s’être présenté, c’était à sa guise. J’ai toujours aimé laisser le choix à mes adversaires. Je finis par me relever pour faire face à elle, je n’aime pas me retrouver en position d’infériorité. J’ai trop souvent été plus faible... Je fixe la jeune femme et mon sourire s’agrandit. Comme c’est intéressant, quand on parle du loup, on en voit la queue. « Bonsoir Ilana, je suis ravie de te revoir. Tu te souviens peut-être de moi ? Certes notre première rencontre ne s’était pas déroulée sous les meilleurs auspices, mais j’espère que tu me pardonneras la confusion. Après tout, il n’y a pas que votre ressemblance qui est troublante, vous semblez également toutes deux posséder un charme qui opère plutôt bien sur les démons.» Se souvenir d’elle ? Comment l’oublier ? Mon visage reste impassible face à ses mots. Notre première rencontre remonte à quelques mois mais je m’en souviens comme si elle s’était déroulée hier. Elle m’avait prise pour ma très chère doublure démoniaque, Victoria. Je la toise du regard lorsqu’elle parle de mon charme qui opère sur les démons. Comment ose-t-elle me parler aussi ouvertement de ma relation avec Matthew ou encore de celle que je tente de reconstruire avec Zark ? Que connais-tu de moi ? Que connais-tu de ces deux relations ? Fais attention Elina, je suis très en forme ce soir. Je la laisse continuer, après tout, j’aurai tout le temps de me défouler sur elle plus tard. Mais une question me turlupine. Pourquoi vient-elle me voir ? Je ne veux pas croire que sa venue n’est que le fruit du hasard, je n’ai jamais cru au hasard. Surtout pas à PassMagic. Ici, rien ne se passe sans que ce soit décidé en amont. Rien n’est jamais laissé au bon désir du Destin, pourquoi cette rencontre ferait-elle exception ? Tu esquisses un sourire, et j’ai immédiatement envie de te l’ôter par la force. Cependant, je dois avouer que tu es magnifique. Tes longs cheveux bruns coulent le long de ta silhouette longiligne et tes yeux captiveraient n’importe quel homme. A moins que je ne me trompe, je ne dois pas être la seule à avoir attiré le regard des démons. Je fais un pas de plus vers toi pour te montrer que tu m’effraies pas. « Je te prie de bien vouloir me pardonner. J’imagine que tu en as assez d’entendre les démons te comparer à Victoria. Je vais donc aller directement à l’essentiel.» Une démone qui s’excuse, voyez-vous cela. Je n’en ai que faire de tes excuses ou même de la raison de ta venue. J’ai décidé de passer le moins de temps possibles avec les créatures de ton espèce. Les démons que je connais pas, les femmes dont je ne soupçonne pas le degré de puissance, je m’en tiens éloignée. J’ai trop longtemps voulu m’y confronter, et j’ai failli y laisser bien trop de plus. Je m’apprête à répliquer lorsque tu continues. Décidément, tu ne marqueras pas de point ce soir. « Je suis venue te demander de mettes de côté la haine, la rancœur et la colère que tu possèdes envers Matthew. Oublie ton ressentiment et abandonne l’idée de te venger. Les sentiments que tu as développés à son égard l’empêchent de pouvoir pleinement se concentrer, et là où nous allons, il n’aura pas droit à l’erreur.» Pour être honnête, j’ai failli m’étouffer quand je t’ai entendu parler de Matthew. M’étouffer parce que je viens juste de comprendre la phrase de Zark à propos du fait que tu ne sois pas très partageuse. Alors, c’est donc toi la nouvelle fiancée de Matthew. Je commence à te tourner autour tel un vautour autour de sa proie. Mignonne à croquer, charmante et puissante, dis moi Matthew, tu as touché le gros lot ! Ton joli minois n’aura cependant aucune emprise sur moi Elina, contrairement à tes poids. Me venger de Matthew, l’écarteler jusqu’à ce qu’il me supplie de l’achever ? J’y ai pensé, bien sûr. Ce serait un énorme mensonge de penser que je ne crève pas d’envie de le torturer jusqu’à ce que mort s’ensuive. J’ai échauffé nombreux plans pour le faire tomber dans un guet-apens dont il n’en réchapperait mais... Le temps a passé, vois-tu. Je souris face à tes propos. Tu viens me voir pour épargner ton petit ami ? Comme c’est touchant. Mais ne te laisse pas avoir Elina, Matthew n’aura pas les mêmes égards avec toi. « Contrairement à ce que tu peux penser, tout ce que Matthew a fait était dans le but de préserver ta vie, et de sauver l’âme de votre enfant.» Mes yeux deviennent instantanément des fentes. Je ne veux pas que tu me parles de cet enfant. Il n’y a plus d’enfant, il n’y en aura jamais. Pourquoi t’a-t-il parlé de ça ? As-tu eu ton mot à dire dans la mise à mort de ce petit être ? Mes poings se serrent contre ma robe, mais je ne vais aucun mouvement brusque. Parlons d’abord Elina... pour la suite, nous verrons. « Je cherchais une distraction pour la soirée Elina, un peu d’action pour mieux m’endormir ce soir... Merlin soit béni, j’ai fini par la trouver.» Je lui adresse un sourire qui n’a rien de rassurant. Continuant à tourner autour d’elle, je la fixe intensément. Que vais-je pouvoir bien faire de toi ? Oh, je ne suis pas stupide. Ta puissance émane de ce corps qui semble si fragile, de tes épaules qui paraissent si frêles. Mais tu ne me leurras pas. Pas cette fois. « Mais... avant que nous entrions dans le vif du sujet... Tu es qui pour Matthew ? Oh, ne pense pas que je sois jalouse ou quoi que ce soit de puérile. C’est juste que je connais très bien Matthew et il aime bien avoir des sbires à ses bottes. Fais-tu partie de ces chiens de garde ? A moins que tu remplisses également d’autres tâches plus particulières... Après l’effort, le réconfort n’est-ce pas Elina ? » Je lui adresse un clin d’œil qui n’a rien d’amical. Je sens la colère monter de plus en plus en moi mais je tente de la canaliser. Je ne veux pas encore ouvrir cette plaie à peine cicatriser. J’aurai voulu me laisser le temps de penser à ce que je ferai à Matthew une fois que je serai totalement guérie. Pourquoi a-t-il fallu que tu viennes sur mon chemin ce soir Elina ? « Tu veux que j’épargne ton petit copain... et c’est tout à ton honneur. Comme tu dois déjà le savoir, je trouve qu’il n’existe plus beau sacrifice que celui de l’amour. Mais ne te méprends pas Elina, Matthew ne saurait éprouver un tel sentiment. Amour, amitié, fraternité, sentiments... Ce sont des mots qu’il connait pas. Il ne sait même pas ce que tout cela veut dire ! » Je t’explique tout ce que je pense de Matthew. Alors certes, je sais que tu t’en fiches mais ça m’est égal. Cela me soulage et m’aide en même temps à canaliser ma colère. Une pierre, deux coups. « Épargner Matthew... mais pourquoi le ferai-je Elina ? Dis moi pourquoi ? Pour que vous continuez tous les deux main dans la main à semer la terrer et le chagrin là où vous allez passer ? Je ne sais pas ce que vous préparez et je m’en tape... Mais ne me demande rien Elina. Toi comme lui n’êtes pas en mesure de me demander quoi que ce soit.» Je m’approche un peu d’elle, cessant de lui tourner autour. Mes longs cheveux bruns se soulèvent au gré d’un petit courant d’air. Se pourrait-il que Mère Nature soit de mon côté ce soir ? « Épargner Matthew... crois-tu qu’il m’a épargnée Elina ? Crois-tu qu’il a eu le même égard face à moi ? Il a enfoncé sa main dans mon ventre et a ôté le petit être qui ne demandait qu’à vivre et il m’a laissée mourir, baignant dans mon sang. Tu saisis l’idée ou tu veux que je te fasse un dessin ? » Je ne suis plus qu’à quelques centimètres de ton visage, Elina. Penses-tu encore qu’il était sage d’aborder le sujet « Matthew Storm » avec moi ? J’esquisse encore un léger sourire.« Tu dis que les sentiments que je nourris à son égard l’empêchent d’avancer pleinement... Mais que sait-il de ce que je ressens ? Cependant, ce que tu me dis est une mince consolation. S’il est perturbé par ses exactions passées, ce ne serait que purement mérité. Si à défaut d’éprouver un quelconque remord, la vision de mon corps ensanglanté et bleu comme la mort le perturbe, j’en jouis d’avance.» Je m’approche encore un peu, ma bouche se rapprochant de ton visage. Je veux que chacun de mes mots s’ancre dans ton esprit pour que tes souvenirs soient intacts quand tu parleras de notre petite rencontre à ton copain. « Alors va Elina... Va raconter à Matthew que sa très chère Ilana ne se vengera pas...» Je lui tapote légèrement l’épaule, et d’un ton condescendant, j’ajoute. « Mais si un jour, je devais me venger... j’y parviendrai. Tu connais le dicton, ce que femme veut...» Je m’éloigne aussitôt de ce corps dont je ne supporte plus la vue. L’image de vos deux corps l’un contre l’autre m’empêche encore de contrôler pleinement ma colère. « Va Elina... et ne t’approche plus de moi... ni de Zark.»


Dernière édition par Ilana Alom le Jeu 4 Sep - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elina Sawyer
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 41

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Lun 30 Sep - 13:01

"Tel est bien le malheur profond de la jalousie que de ne pouvoir s'exprimer sans attirer la haine ou le mépris."

Chacune des réactions d’Ilana était observée à la loupe par la démone. Depuis l’instant où elle avait remarqué l’envie de cette dernière de lui ôter son sourire, jusqu’à ce qu’elle finisse par lui parler de Matthew. Ilana lui tournait autour comme un vautour prêt à se jeter sur sa proie, ce qui amusa quelque peu Elina. Est-ce que la jeune femme connaissait seulement sa véritable identité hormis son prénom ? Certes, elle lui avait parlé de Victoria, comme beaucoup d’autres avaient dû le faire avant elle, mais il lui semblait bien ne jamais l’avoir appelé sa « cousine » à haute voix. Non, il était évident qu’elle l’ignorait, autrement elle n’aurait sans doute pas pensé que la conversation qu’elles avaient ce soir était une forme de « distraction ». Pire encore, elle n’aurait sans doute jamais prononcé les mots qui suivirent.

« Mais… avant que nous entrions dans le vif du sujet... Tu es qui pour Matthew ? Oh, ne pense pas que je sois jalouse ou quoi que ce soit de puérile. C’est juste que je connais très bien Matthew et il aime bien avoir des sbires à ses bottes. Fais-tu partie de ces chiens de garde ? A moins que tu remplisses également d’autres tâches plus particulières... Après l’effort, le réconfort n’est-ce pas Elina ? »

La jalousie est vraiment une vilaine chose, Ilana Alom… Oser l’appeler « sbire » ou encore « chien de garde ». En Enfer, on l’aurait torturée à vie pour moins que ça. La démone resta cependant très calme… pour l’instant.

- La jalousie ne te sied point. Mais prends garde aux mots que tu emploies avec moi jeune humaine. Je ne suis pas venue me quereller avec toi, cela dit ma patience a des limites.

La démone prenait soin de la prévenir. Elle n’avait rien de particulier contre Ilana. Le fait que cette dernière ait eu une relation avec Matthew ne la dérangeait pas, en revanche, en tant que princesse, elle était habituée à ce qu’on lui montre un certain respect.

« Tu veux que j’épargne ton petit copain... et c’est tout à ton honneur. Comme tu dois déjà le savoir, je trouve qu’il n’existe plus beau sacrifice que celui de l’amour. Mais ne te méprends pas Elina, Matthew ne saurait éprouver un tel sentiment. Amour, amitié, fraternité, sentiments... Ce sont des mots qu’il connait pas. Il ne sait même pas ce que tout cela veut dire ! »

Un sourire parcourut les lèvres de la démone. Mais qui parle d’amour ? La seule raison pour laquelle Elina était présente, c’était pour sa propre survie. Des notions telles que l’amour, l’amitié, ou même de  « petit copain » lui étaient bien étrangères. Voilà bien une chose qui était propre aux humains. La démone laissa la jeune femme continuer à s’exprimer. Plus elle l’écoutait, plus elle sentait la colère et l’amertume prendre possession de son être. La douleur n’avait donc pas diminuée, même après plusieurs mois. Elina s’était attendue à cela. Elle ne ressentait peut-être pas les divers sentiments propres aux humains, mais en tant que femme, elle pouvait comprendre ce que l’on éprouvait à la perte d’un être cher à qui on aurait dû donner la vie.

« Epargner Matthew... crois-tu qu’il m’a épargnée Elina ? Crois-tu qu’il a eu le même égard face à moi ? Il a enfoncé sa main dans mon ventre et à ôter le petit être qui ne demandait qu’à vivre et il m’a laissée mourir, baignant dans mon sang. Tu saisis l’idée ou tu veux que je te fasse un dessin ? »

Elle savait cela… Oui Ilana, en plus d’avoir été là le jour où Matthew était apparu dans son repère, les mains couvertes du sang de ce fœtus, Elina savait également ce que Matthew s’apprêtait à faire avant même qu’il ne se rende chez la jeune femme. Mais cela, serais-tu prête à l’accepter ? La démone ne parlait toujours pas pour l’instant, même lorsqu’Ilana se mit à lui exposer la joie qu’elle ressentirait si elle apprenait que ce que Matthew avait fait l’avait également fait beaucoup souffrir. Les humains se laissent si facilement dépasser par leur haine qu’ils ne parviennent même pas à voir le véritable fond du problème. Pourtant, Ilana connaissait les sentiments que Matthew avaient à son égard, elle savait ce qu’il avait ressenti pour elle pendant un temps, mais même malgré cela, elle n’a jamais cherché à comprendre la véritable raison de cet acte. Pour cela, Elina ne pouvait pas la blâmer. En revanche, Ilana se rapprocha d’elle et se permit une autre familiarité avec elle qu’elle n’aurait pas dû avoir.

« Alors va Elina... Va raconter à Matthew que sa très chère Ilana ne se vengera pas... Mais si un jour, je devais me venger... j’y parviendrai. Tu connais le dicton, ce que femme veut...»

La jeune femme venait non seulement de lui tapoter l’épaule, mais elle essayait en plus de la prendre de haut en laissant sous-entendre une menace, avant de la mettre en garde de ne plus s’approcher d’elle, ni de Zark. Les yeux de la démone se mirent soudain à briller de leur véritable éclat, la lueur rouge sang remplaçant instantanément le vert noisette que l’on apercevait au premier abord. Cela ne dura qu’une fraction de seconde, mais une fraction suffisante pour qu’en un instant, Ilana puisse ressentir la véritable puissance que la démone dissimulait à l’intérieur d’elle et qui n’était révélée qu’en présence de ses yeux. La jeune femme n’eut même pas le temps de la regarder qu’Elina se trouvait déjà collée à elle, une main posée contre sa gorge, tandis qu’elle la plaquait contre un arbre.

- Ecoute-moi bien petite humaine… Je me moque pas mal de toi ou de Zark. Je te l’ai dit, je ne suis pas venue pour cela. Mais tu aurais dû m’écouter lorsque je t’ai mise en garde la première fois. D’après ce que l’on m’a dit, tu as déjà effectué un petit séjour en Enfer suite auquel tu as perdu la mémoire. Tu as certainement dû rencontrer mon père, pénétrer les esprits fait partie de ses activités favorites. Tu vois de qui je veux parler ou tu as peut-être besoin que je te rafraichisse la mémoire ? Tu as bien compris, je suis loin d’être l’une des sbires de Matthew. Quant à l’ « amour », ce sentiment grotesque que tous les humains s’obstinent à éprouver, j’aurais préféré que Matthew n’en connaisse rien, car il lui aurait été beaucoup facile de se débarrasser de ce maudit fœtus sans se préoccuper de savoir si tu survivrais ou pas !

Les yeux de la démone brillèrent à nouveau d’une couleur rouge sang tandis qu’Ilana se retrouva soudain incapable de bouger, de parler ni d’esquisser le moindre geste. Elina venait de prendre possession de son esprit, car elle savait que les paroles qu’elle venait de prononcer auraient un certain impact sur la jeune femme et lui donnerait sans doute envie de la tuer, mais la démone n’avait pas terminé de parler, et elle avait bien l’intention de finir ce qu’elle était venue faire avant d’être interrompue et de finir par la tuer involontairement. Elina relâcha la main qu’elle avait posée contre la gorge de la jeune femme, la sachant désormais immobile, et poursuivit son discours.

- Tu as de la chance que je sache un minimum me contrôler… Je ne te retiendrai pas longtemps, mais avant cela tu vas m’écouter. Je me moque pas mal que tu aies envie de me tuer chaque fois que je prononce le nom de Matthew ou de ce fœtus qui n’est jamais arrivé à terme. Sais-tu seulement ce qu’il serait arrivé si jamais tu avais donné naissance à cet enfant ? Il aurait été ton fils et celui de Matthew, autrement dit le petit-fils de Zark, Félicia et Vaurel Conor, des démons dont la puissance n’est plus à démontrer étant donné que tu connais extrêmement bien l’un d’entre eux…

La démone marqua une courte pause, laissant le temps à Ilana d’assimiler ce qu’elle cherchait à lui faire comprendre en lui expliquant que l’enfant dont elle aurait été la mère aurait été doté d’une très grande puissance et ce dès sa naissance. Qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Elle ne perdit pas de temps à aller droit au but.

- Je vais t’expliquer une chose. En Enfer, les choses ne se passent pas comme dans le monde des humains. Lorsqu’un enfant naît de deux puissants démons, il est arraché à ses parents dès la naissance afin d’être enrôlé dans l’armée des Princes et commencer à être formé dès son plus jeune âge, pour que jamais il ne risque de se retourner contre l’Enfer. Votre enfant n’aurait pas eu la moindre chance d’en échapper. Mon père et mes oncles auraient été avertis dès sa naissance et en auraient fait l’une des armes les plus puissantes de l’Enfer. Peu importe où tu aurais tenté de fuir, tu ne serais jamais parvenue à leur échapper. De plus, Matthew a eu un différend avec Satan il y a peu, et il savait que si les Princes découvraient que tu étais enceinte de lui, c’est mon oncle qui serait venu te prendre ton bébé, en prenant bien soin de t’arracher la vie dans les plus atroces souffrances. Matthew ne voulait pas que votre fils termine entre les mains des Princes, et il souhaitait encore moins te voir mourir, alors il a fait la seule chose qu’il y avait à faire afin de vous sauver tous les deux, il s’est résolu à tuer ce fœtus, et tout cela uniquement parce qu’il t’aimait.

Elina relâcha l’emprise qu’elle avait sur Ilana, et lui permit de reprendre entièrement possession de son corps, tandis que ses yeux rouges reprenaient une lueur vert éclatante. Elle avait prononcé cette dernière phrase, ce dernier mot, avec un certain mépris, l’amour, responsable de tous les risques qu’ils prenaient actuellement.

- Vas-y maintenant, tu peux jouir autant que tu veux de savoir quel effet cela a pu faire à Matthew. Mais désormais tu sais ce qu’il en est. Tu crois toujours que je viens de sa part ? Jamais il ne t’aurait dit tout cela. Quant à cette décision, je l’ai approuvée, car je sais mieux que personne ce que deviennent les nourrissons enrôlés dans l’armée des Princes. Quand bien même tu aurais survécu, il ne t’aurait jamais reconnu comme sa mère, tu l’aurais vu semer la terreur et la désolation tout autour de lui, et si tu t’étais interposée, il n’aurait pas eu le moindre scrupule à te retirer la vie de ses propres mains. En Enfer, on ne connait pas « l’amour », vas-tu enfin le comprendre, Ilana Alom ?

La démone retrouva son calme après ces dernières paroles. A présent, elle savait tout. Elina aurait tellement aimé lui dire que ce qui était arrivé à cet enfant ne resterait pas impuni. Elle aurait voulu lui expliquer que plus jamais ce genre de choses ne se reproduirait, car ils allaient définitivement y mettre un terme. Elle aurait souhaité lui parler de ce qu’ils s’apprêtaient à faire d’ici peu, afin de la réconforter quelque peu de cette dure vérité qui s’imposait à elle, mais elle ne le pouvait pas, car personne ne devait avoir connaissance de leur projet avant l’heure, autrement ils perdraient leur effet de surprise face aux Princes. La seule chose qu’elle pouvait, c’était la mettre en garde.

- Si je peux te donner un conseil… Tu devrais te montrer plus prudente à l’avenir. Les choses vont inévitablement changer d’ici peu. Si tu décides de rester, Zark sera sans doute le plus à même de pouvoir te protéger de ce qui se prépare, si du moins il ne s’avère pas être celui qui causera ta perte. Quant à Matthew… considère qu’il est désormais sorti de ta vie.
Là où il va, tu ne pourras jamais le suivre. Mais si cela peut te rassurer… Il sera entre de bonnes mains cette fois.


Elina insista bien sur le "cette fois". Non pas qu’elle voulait expressément viser Ilana bien que ce soit une pique volontaire, mais elle parlait plutôt d’un constat général. Victoria le menait par le bout du nez, ses proches lui ont presque tous mentis au moins une fois, et Ilana l’affaiblissait par son amour. Elina, elle, deviendra la force du démon, elle le mènera jusqu’au pouvoir ultime ou mourra en essayant. Mais les jeux de pouvoir, c’était cela aussi. Il faut savoir prendre des risques pour obtenir ce que l’on veut. Et plus les risques sont élevés, plus la finalité est importante. Elle observait toujours Ilana, prête à s’éclipser dès que la jeune femme tournera les talons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 23

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Lun 30 Sep - 14:50

A ton regard plein de mépris, je comprends vite que tu n’as pas apprécié la petite tape sur ton épaule. Je fais preuve de beaucoup de décontraction face à toi, il me semble que tu n’en as pas l’habitude. Ton regard se noircit, et ta réplique ne va pas tarder à se faire connaître. Je l’imagine sanglante et douloureuse, mais je semble me fourvoyer. Tu t’approches un peu plus de moi, nos deux visages ne sont plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Je ne baisse cependant pas les yeux, je te fais face. Mensonge serait de dire que les battements de mon coeur ne se font pas plus rapides en ta présence. Elina est une inconnue pour moi, je ne sais pas de quoi elle est capable. Je ne connais pas encore l’étendue de ses pouvoirs, mais mon petit doigt me dit que je ne vais pas tarder à en faire les frais. Le vert noisette de ses yeux laissa place à un rouge éclatant presque aveuglant. L’expression de mon visage ne change pas. Si tu penses m’effrayer avec un changement de couleur, c’est toi qui te fourvoies Elina. En un quart de seconde, je sens ta main serrer mon cou. Tu as une sacrée poigne pour une femme, est-ce donc cela qui plait tant à Matthew ? Cette force que tu ne cherches plus à me dissimuler. Je ne bouge pas d’un sourcil laissant ta main appuyer les cartilages de mon larynx. Si tu pouvais cracher ce que tu as à dire, cela m’arrangerait. Je commence à manquer d’air. Et puis, l’écorce de l’arbre n’est pas des plus confortables, du moins j’ai connu mieux. Ton regard ancré dans le mien, tu commences à cracher la vérité. Enfin, du moins, ta vérité. Celle en laquelle tu crois tant. « Ecoute-moi bien petite humaine…» Non, vraiment ça commence à devenir lassant. Pourquoi tous les démons me traitent de petite humaine ? J’esquisse un sourire, ce petit sobriquet était si prévisible. « Je me moque pas mal de toi ou de Zark. Je te l’ai dit, je ne suis pas venue pour cela. Mais tu aurais dû m’écouter lorsque je t’ai mise en garde la première fois. D’après ce que l’on m’a dit, tu as déjà effectué un petit séjour en Enfer suite auquel tu as perdu la mémoire. Tu as certainement dû rencontrer mon père, pénétrer les esprits fait partie de ses activités favorites. Tu vois de qui je veux parler ou tu as peut-être besoin que je te rafraichisse la mémoire ? » C’est mon regard à présent qui revêt le voile de colère. Alors comme ça, tu es la fille de Lucifer. Ce n’est pas possible, les Princes se reproduisent plus vite que les animaux. La puissance que je sens s’insinuer dans mes veines me conforte dans cette hypothèse. Bien sûr que tu es une des filles des Princes. Ta beauté éclatante, ta force herculéenne, ta puissance magique... Comment ai-je pu ne rien voir ? Cependant, mon regard reste toujours aussi froid. Pas de chance Elina. Tu n’es pas la première à me reparler de mes petites vacances chez ton père. J’ai guéri cette blessure. Les cris que j’ai poussés ne résonnent plus dans ma tête, les plaies qui salissaient ma peau ont fini par se panser. Je n’ai plus peur de ces souvenirs Elina, alors passe ton tour. « Tu as bien compris, je suis loin d’être l’une des sbires de Matthew. Quant à l’ « amour », ce sentiment grotesque que tous les humains s’obstinent à éprouver, j’aurais préféré que Matthew n’en connaisse rien, car il lui aurait été beaucoup facile de se débarrasser de ce maudit fœtus sans se préoccuper de savoir si tu survivrais ou pas ! » Un rire jaune passe la barrière de mes lèvres. S’est-il préoccupé de savoir si oui ou non je survivrais ! Foutaises, calomnies, n’importe quoi ! Ma main serre davantage le bras de la jeune femme, je ne vais pas tarder à ne plus pouvoir respirer. Pourtant, j’aimerai avoir encore assez de souffle pour lui dire tout ce que je pense de cette vérité qu’elle croit asséner comme LA vérité. Mes ongles auparavant enfoncés dans la peau de la jeune Elina ne sont plus sous mon contrôle. Quelle est cette force qui m’empêche de bouger ? L’air pénètre de nouveau dans mes poumons, mais ma cage thoracique ne se soulève plus à un rythme régulier. Je n’ai plus la totale maîtrise de mon corps... Bien sûr. Les filles des Princes ont toujours des tours de passe-passe et elles semblaient aimer m’en faire la démonstration. Je me souviens encore de ma rencontre avec Victoria... Comment oublier votre double ? Alors que je voulais pester, je ne parviens même pas à bouger ma langue. Tu me payeras ça très cher Elina. Ta main quitte ma gorge, tu sais pertinemment que je ne peux plus bouger. « Tu as de la chance que je sache un minimum me contrôler…» Relâche moi, et tu verras si tu as vraiment de la chance. « Je ne te retiendrai pas longtemps, mais avant cela tu vas m’écouter. Je me moque pas mal que tu aies envie de me tuer chaque fois que je prononce le nom de Matthew ou de ce fœtus qui n’est jamais arrivé à terme. Sais-tu seulement ce qu’il serait arrivé si jamais tu avais donné naissance à cet enfant ? Il aurait été ton fils et celui de Matthew, autrement dit le petit-fils de Zark, Félicia et Vaurel Conor, des démons dont la puissance n’est plus à démontrer étant donné que tu connais extrêmement bien l’un d’entre eux…» Tais toi Elina, je ne veux plus rien entendre. J’aimerai pouvoir me boucher les oreilles, empêcher ses mots de toucher mon coeur mais je n’y parviens pas. Qu’elle se taise par Merlin, je ne veux pas entendre ce qu’elle a à me dire. Je ne veux pas entendre les excuses qu’elle pense trouver à Matthew. Je ne veux pas qu’elle le dédouane de toute responsabilité. Tu penses avoir fait ce que tu devais faire Matthew ? Laisse moi rire, enfin... je rirais plus tard. Pourquoi me parles-tu de Zark sur ce ton impérieux et légèrement amusé ? Et dire que je pensais que tu ne voulais plus entendre parler du démon... il faudrait savoir ce que tu veux Elina. « Je vais t’expliquer une chose. En Enfer, les choses ne se passent pas comme dans le monde des humains. Lorsqu’un enfant naît de deux puissants démons, il est arraché à ses parents dès la naissance afin d’être enrôlé dans l’armée des Princes et commencer à être formé dès son plus jeune âge, pour que jamais il ne risque de se retourner contre l’Enfer. Votre enfant n’aurait pas eu la moindre chance d’en échapper. Mon père et mes oncles auraient été avertis dès sa naissance et en auraient fait l’une des armes les plus puissantes de l’Enfer. Peu importe où tu aurais tenté de fuir, tu ne serais jamais parvenue à leur échapper. De plus, Matthew a eu un différend avec Satan il y a peu, et il savait que si les Princes découvraient que tu étais enceinte de lui, c’est mon oncle qui serait venu te prendre ton bébé, en prenant bien soin de t’arracher la vie dans les plus atroces souffrances. Matthew ne voulait pas que votre fils termine entre les mains des Princes, et il souhaitait encore moins te voir mourir, alors il a fait la seule chose qu’il y avait à faire afin de vous sauver tous les deux, il s’est résolu à tuer ce fœtus, et tout cela uniquement parce qu’il t’aimait.» Je ne veux en entendre davantage. Cette vérité que tu m’énonces n’est pas la mienne. Matthew ne m’a pas aidée, il ne m’a pas protégée comme une force dont je ne soupçonne pas l’existence. Penses-tu que je suis stupide Elina ? Penses-tu que je croyais en une grossesse facile et épanouissante ? Bien sûr que non. Je savais que j’allais probablement devoir me cacher, me protéger pour le protéger. Penses-tu que j’étais inconscience à ce point ? J’aimerai te cracher à la gueule, et dans le sens propre du terme cette fois. Le terme « fils» marque à jamais mon coeur. Alors notre enfant aurait été un petit garçon. Un petit gars... je sais que vous démons, vous avez la possibilité de connaître le futur dans une moindre mesure. Ça aurait été un petit garçon... mon coeur, mon âme et mon corps frémissent face à cette nouvelle. Je ne voulais pas connaître le sexe de ce foetus. Je ne voulais pas tant en savoir sur... lui. Pourquoi cherches-tu à me faire tant de mal Elina ? Mais suis-je bête... tu ne sais pas ce que je ressens. Comme tu l’as si bien dit, l’amour pour toi n’existe pas. Seuls le pouvoir et la puissance semblent guider ta vie. Et quelle triste vie tu dois mener Elina, mais ne compte pas sur moi pour te plaindre. La tristesse, la perte... tu ne connais pas tout ça Elina. Et je te plains d’avoir une vie si futile, si dépourvue de sentiments humains. Je tente encore une fois de bouger, mais chaque tentative reste vaine.

Je finis par comprendre que je ne pourrais plus bouger jusqu’à ce que tu aies fini Elina. Alors vas-y... continue à parler, je t’entends mais ne t’écoute pas. « Vas-y maintenant, tu peux jouir autant que tu veux de savoir quel effet cela a pu faire à Matthew. Mais désormais tu sais ce qu’il en est. Tu crois toujours que je viens de sa part ? Jamais il ne t’aurait dit tout cela.» Tu marques un point Elina. Matthew ne m’a jamais rien dit, alors pourquoi serait-ce différent aujourd’hui ? Il est même jusqu’à aller ôter tous mes souvenirs pour que je vive dans la paix et le bonheur. Quel idiot... pensez-vous qu’en manque de vos souvenirs, vous pouvez trouver le bonheur ? Décidément Matthew, tu as de sacrées lacunes en ce qui concerne la psychologie féminine... ou humaine en général. « Quant à cette décision, je l’ai approuvée, car je sais mieux que personne ce que deviennent les nourrissons enrôlés dans l’armée des Princes. Quand bien même tu aurais survécu, il ne t’aurait jamais reconnu comme sa mère, tu l’aurais vu semer la terreur et la désolation tout autour de lui, et si tu t’étais interposée, il n’aurait pas eu le moindre scrupule à te retirer la vie de ses propres mains. En Enfer, on ne connait pas « l’amour », vas-tu enfin le comprendre, Ilana Alom ? » Je ne t’écoute plus Elina... je veux que tu arrêtes de parler. Je veux que tu arrêtes de parler de mon fils. Tu n’as pas le droit de le faire, il n’est plus là. Il n’a jamais été vraiment là, alors ne me parle plus de lui. Pourquoi t’obstines-tu à me faire tant de mal ? Cela t’amuse de me voir souffrir psychologiquement, de me voir en manque de ce petit bout dont je ne pourrais rien connaître. Mon coeur bat à tout rompre, mais je ne peux toujours pas bouger. Délivre moi Elina, délivre moi...et tu sauras de quoi est capable la petite humaine. « Si je peux te donner un conseil…» Tu peux te le mettre où je pense ton conseil Elina. « Tu devrais te montrer plus prudente à l’avenir. Les choses vont inévitablement changer d’ici peu. Si tu décides de rester, Zark sera sans doute le plus à même de pouvoir te protéger de ce qui se prépare, si du moins il ne s’avère pas être celui qui causera ta perte. Quant à Matthew… considère qu’il est désormais sorti de ta vie. Là où il va, tu ne pourras jamais le suivre. Mais si cela peut te rassurer… Il sera entre de bonnes mains cette fois.» Cette fois... salope. J’ai l’habitude d’être plus polie mais c’est comme... sorti tout seul. Tu as l’air fier de te tenir à ses côtés Elina, mais tu ne sais pas de quoi Matthew est capable. Je me targue d’être une des personnes qui le connait le mieux. J’ai eu accès à son corps, son coeur et ses angoisses. A présent, je pourrais connaître en lisant son regard ses principales émotions. En es-tu capable Elina ? Oh, ce n’est en aucun cas un concours. J’aimerai simplement te prévenir que je ne suis pas aussi stupide et aveugle que tu veux bien le croire. Je finis par retrouver l’usage de ton mon corps. Je craque mon cou, ça fait un tel bien d’être maître de tous ses membres. A peine libérée de son sortilège, je pousse à mon tour Elina contre un arbre. Une légère lumière jaune apparait dans mes yeux avant de s’évanouir. « Tu vois... je ne suis pas qu’une simple petite humaine.» Je m’éloigne d’elle, je ne tiens pas particulièrement à me battre. Pas maintenant. C’est à mon tour de lui dire ma vérité... Es-tu prête à l’entendre Elina ? Je sais parfaitement que tu n’en as que faire de ce que je ressens, mais comme tu es là... pourquoi ne pas en profiter ? « Mais il est vrai que je me sens bien plus humaine que démoniaque Elina. C’est pour beaucoup de tes potes démons ma plus grande faiblesse : mon humanité. J’aurais pu il y a des années de cela la mettre dans un coin de mon âme et l’ensevelir sous le pouvoir et la puissance. Je vais te dire un petit secret Elina...» Je m’approche de nouveau, je ne sais plus réellement ce que je dois faire. M’approcher, m’éloigner ? Parler ou me taire ? Rester ou m’éclipser ? Tant de sentiments contradictoires qui me rendent la tâche bien plus difficile en tant qu’humaine. « J’étais prête à mettre mon humanité de côté pour Matthew Storm, je lui en ai fait la proposition, je ne sais pas s’il te l’a dit entre deux coups. Remarque, ce n’est pas très excitant que de parler de l’ex-copine, j’en conviens.» Je te prends pour une girouette, et ça m’amuse. Oh c’est totalement puéril j’en ai conscience, mais ça me soulage. Alors pourquoi s’en priver ? « Il a refusé et après, tu sais très bien ce qui s’est passé. Nous connaissons le passé tous les deux Elina, mais il me semble que nous le lisons différemment. Tu penses que Matthew m’a sauvée d’une mort atroce et m’a empêchée des semaines de torture. Tu te fourvoies ma belle... avec ce que Matthew m’a fait, j’en ai pris pour perpétuité. Ma peine est de vivre sans connaître ce petit être.» Mon ton est plus calme, presque maternel. Cela faisait bien des jours que je n’avais pas pensé à lui, je me l’interdis pour le moment. Les psychologues humains me diraient qu’il faut affronter la douleur mais je n’en ai pas encore la force. « Vous pensez qu’éprouver des sentiments est une faiblesse mais... vous avez tous faux. Comment crois-tu que j’ai réussi à survivre à PassMagic ? Comment crois-tu que je suis encore là à me tenir face à toi ? C’est grâce à cette humanité. Mon humanité, mes sentiments, l’envie d’aimer, de partager, de rire et de pleurer qui m’ont aidée à tenir. Si je n’avais pas l’envie d’offrir encore mon coeur, crois moi que je me serai tiré une balle dans la tête il y a des années de cela.» Mon ton calme est en train de changer. Il est en train de revêtir le manteau de la colère. Je sais que je n’arriverai pas à te convaincre... mais soit. Je le comprends, nous ne sommes pas du même camp. Car c’est bien ça Elina, tout ici est une histoire de camps. Les bons contre les mauvais, les anges contre les démons, les humains contre... tous. « Je t’ai entendue quand tu as dit que mon enfant ne m’aurait pas reconnue en tant que mère car il aurait été un pur démon mais... tu as tort Elina. Il aurait eu cette petite part d’humanité qui coule dans mon sang et qui fait battre mon coeur. Cette infime part d’humanité, je l’aurai faite grandir, je l’aurai fait prendre une part plus importante que son côté démoniaque. Je l’aurai aidé à grandir, et crois moi... il aurait été épatant.» Je ferme quelques instants les yeux, je me suis laissé aller à des confidences que je n’avais encore faites à personne. Je te tourne le dos quelques instants, simplement pour grappiller quelques secondes. Quelques secondes pour reprendre mon souffle et stopper les battements affolés de mon coeur. « Vous... Matthew ne m’a pas laissé ce choix. Il a décidé à ma place pour mes souvenirs, ma vie, mon futur et... cet enfant. Alors peut-être qu’il a agi pour la bonne cause. Mais cette cause n’est pas la mienne, elle n’est plus la mienne. A présent, je ne veux plus parler de ce fils que je n’aurai jamais. Tu peux faire passer le mot à Matthew et à tous les autres démons. Le prochain qui mentionne ce petit être, je l’écartèle jusqu’à ce qu’il supplie de lui planter mon pieux dans le coeur, ai-je été assez claire Elina ? » Je fais quelques pas et me baigne de nouveau les pieds. L’eau est si fraîche, elle parvient à me calmer. Je ferme les yeux quelques instants pour savourer davantage le moment présent. Tu peux partir Elina, je n’ai plus rien à te dire. « Je ne chercherai pas à tuer Matthew ou même à me venger... à quoi bon Elina ? Par contre, s’il se met en travers de mon chemin ou s’il touche aux personnes auxquelles je tiens, je n’hésiterai pas une seule seconde. Tout comme lui n’a pas hésité un quart de seconde.» Le silence s’installe de nouveau entre nous. Toi comme moi savons qu’une partie de la Vérité a été dite. Quel intérêt d’en rajouter ? Je veux te demander de partir une seconde fois mais... « Bien que tu me penses idiote, je sais que vous préparez quelque chose tous les deux. Une révolution, un changement, un bouleversement... que sais-je. Je me contrefiche de tout ce que vous allez faire mais... n’oublie pas que je suis impulsive et inconsciente Elina. Que Matthew ne l’oublie pas.» Une simple mise en garde, ce n’est pas une menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Mar 1 Oct - 1:41

« Parfois le mensonge exprime mieux que la vérité ce qui se passe dans l’âme.  »

Cacher une vérité, mentir de son plein gré, tous le monde est un jour passé par là. On ment parce qu’on ne veut pas être punis, ou alors par peur de décevoir. On ment pour réconforter quelqu’un, ou pour l’aider à se détacher de nous. Parfois le mensonge implique le sacrifice, ce fut mon cas. Ilana Alom, tu dois sans doute être la personne à qui j’ai le plus mentis, d’une part pour tes souvenirs,  d’autre part pour cet enfant. Mieux vaut quinze petits mensonges que deux énormes. J’aurais pu te dire toute la vérité, j’aurais dû te le promettre, mais à quoi bon ? La vérité n’est pas toujours bonne à entendre, l’aurais-tu accepté ? Moi-même j’ai encore du mal. Tu penses bien me connaître Ilana, mais sais-tu seulement ce qu’il se passe dans mon âme ? De cœur je n’en ai plus, alors passons directement à l’étape supérieur. Si tu veux me tuer, c’est mon âme que tu devras arracher.

- Un mort. Trois morts. Dix morts. Seize morts. La mort. La vie. La naissance. L’exil. Le bonheur. Le sang.

Ferme-la ! Pourquoi est-ce que ces derniers temps je ne rencontre que des psychopathes qui parlent sans cesse de vie et de mort ? En vérité Matthew, tu ne rencontres personne, tous ceci fait partis de ton imagination. Peut-être est-ce toi le fou ? Mieux vaut éviter de déraper maintenant, la folie ne conduit pas forcément au pouvoir. Mais après tout... Peut-être est-ce ça la solution ? Un fou est déjà complètement atteint, on ne peut plus le troubler plus psychologiquement. Si je suis fou, Lucifer ne pourra pas atteindre mon esprit. Peut-être aurait-ce était plus simple. Pourtant je ne suis pas fou, simplement plongé dans l’un de ces étranges songes. Chaque fois que je ferme les yeux, il y a cette voix qui me rabâche ces mots. La vie et la mort. Personne ne devrait avoir le pouvoir de choisir à part le destin, mais que faire lorsque ce même destin s’avère être encore plus sombre et tragique que la mort elle-même ? Ne comprends-tu donc pas ça Ilana ? Même si cet enfant avait vécu, son âme, son cœur auraient été mort dès sa naissance. Et toi, pauvre mère incapable de sauver son enfant, tu aurais été plongé dans une déprime sans fin. Sans doute aurais-tu attendu de moi que je sauve notre enfant, mais lorsque l’on a une faiblesse, les Princes s’en servent toujours à leur avantage. Quand l’apprendras-tu ?

- La mort baptise aussi ! Ahahah !!

J’entends ce sourire sournois, cet affreux rire moqueur et malsain. Je te dis de la fermer ! Au moment où mes yeux s’ouvrent, une boule d’énergie vient détruire le mur qui se trouve en face de moi. Je réalise alors l’endroit dans lequel je suis. Une petite pièce, dont les murs sont peints en couleur bleue ciel. Il y a quelques petites armoires, certaines de couleurs blanches, d’autres également en bleue. Puis ce petit lit à barreaux au centre de la pièce, avec l’un de ces mobiles à musique au-dessus pour l’aider à s’endormir. Je savais que ce serait un petit garçon, je me disais que je te laisserais avoir cette surprise. J’avais fait cette chambre pour lui, me disant que tu pourrais vivre chez moi, que ça pourrait te faire plaisir. Je sais qu’une femme enceinte a des désirs, peut-être que celui-ci en aurait fait partis. Je n’ai fait que montrer mon mal aise face à toi lorsque tu me parlais de cet enfant, mais je me suis toujours dit que si un jour je devais en avoir un, il ne serait pas abandonner par ses parents. Puis cette foutue vision a tout changé Ilana, et aucun de nous n’échappe à son destin. Personne n’a connu l’existence de cette chambre, et personne ne la connaîtra jamais. Je fais apparaître une boule d’énergie dans chacune de mes mains. J’explose l’armoire, je détruis le lit, la couleur bleue ciel tend peu à peu vers le noir brûlé. J’anéantis tous ce qui touche de près ou de loin à cet enfant, car aujourd’hui c’est la meilleure chose à faire.


***


Alors finalement tu as décidé de lui avouer toute la vérité. Il fallait bien qu’elle le sache un jour après tout. Peut-être aurait-elle préféré que ce soit moi qui le lui dise ? Je l’ignore. De toute façon je n’aurais pas pu. Tu m’as peut-être toujours considéré comme un être égoïste Ilana, mais tu ne réalises pas que moi aussi, je dois faire de nombreux sacrifices. Toi tu subis, mais c’est sans doute plus simple que d’accomplir. J’observe la scène du haut de la cascade, malheureusement je n’ai pas pu assister à une bonne partie du début, j’en déduis cela suite à la réaction d’Elina. Puis c’est à ton tour de prendre la parole, et tu dis ces phrases qu’il ne faut pas.


- J’étais prête à mettre mon humanité de côté pour Matthew Storm, je lui en ai fait la proposition. Il a refusé et après, tu sais très bien ce qui s’est passé.

Je ne sais pas comment te le dire Ilana. Parlons-nous au moins la même langue ? N’as-tu donc jamais compris que je t’aimais pour ce que tu étais ? Oui c’est bien ça, j’aimais l’humaine que tu étais, mais j’aurais sans doute détesté la démone que tu serais devenue. Si j’avais été égoïste, je t’aurais dit oui, abandonne donc ta part d’humanité et devient un assassin sans la moindre  pitié. Crois-moi, tout aurait été bien plus simple pour notre couple si tu avais été une démone. Mais je ne t’ai jamais demandé de faire ce sacrifie, d’ailleurs je ne l’ai jamais voulu ni même pensé. Puis je t’entends parler de cet enfant, tu y es mets tellement d’émotion... Mais tu en dis tellement d’absurdité. Le problème des humains, c’est qu’ils se complaisent toujours dans des illusions. S’il y avait eu une chance pour que cet enfant ne devienne pas un esclave des Princes, aussi infime soit-elle, je n’aurais pas commis un tel acte. Cette fois c’est peut-être à mon tour de m’exprimer, et quand bien même tu aies à détester cet entretien, je veux pouvoir te dire les choses clairement une bonne fois pour toute. J’apparais donc entre Elina et toi, te faisant face tel un ennemi. Oui Ilana, c’est ce que je suis désormais, ton ennemi. Le passé nous rattrape toujours. Mes yeux fixent les tiens. Regarde-moi bien Ilana, je ne fuirais pas. Ecoute-moi bien, car c’est sans doute la dernière véritable conversation que nous aurons.

- Puisque tu as promis d’écarteler le prochain qui parlerait de cet enfant, alors réfléchis dès maintenant à la manière dont tu vas t’y prendre, car ce soir je compte bien t’en parler. Il est sans doute temps que l’on aborde véritablement ce sujet.

Je sais bien que tu ne le veux pas, que tu ne veux pas entendre un mot de plus de ce que j’ai à te dire. A vrai dire, je n’ai pas non plus très envie d’en parler, mais apparemment c’est la meilleure chose à faire pour pouvoir tourner la page. On ne perd rien à essayer.

- Tu dis que cet enfant t’aurait reconnu et aimé en tant que mère ? Illusion. Que tu parviendrais à faire augmenter la petite part d’humanité qu’il y a en lui ? Illusion. Cet enfant aurait été épatant pour une seule chose, tuer tes amis les anges. Que croyais-tu ? Qu’il aurait une chance de s’en tirer ? De vivre une vie normale ? Les Princes auraient effacé toute part d’humanité en lui dès sa venue au monde. A-t-on avis Ilana, pourquoi penses-tu que je les déteste tant ?

J’ai toujours préféré parler peu, à vrai dire je n’ai que rarement dit à voix haute mes véritables pensées. D’habitude je me contente de mentir, ou bien de lâcher l’une de ces remarques sarcastiques que vous détestez tant. Tu crois me connaître Ilana ? Tu as tort, celui que tu pensais connaître n’existe déjà plus. Il n’était là que de passage, pendant une période de faiblesse. Chaque fois que je dois te faire face, une partie de l’ancien Matthew disparaît un peu plus. Après ce soir il ne restera plus rien de lui, et je m’en tirerais bien mieux ainsi. Les prochaines paroles que je vais prononcer vont peut-être atrocement te blesser, à moins que cela ne te touche plus. Peut-être ai-je agis sur toi, peut-être qu’aujourd’hui je ne te fais plus rien. Si c’est le cas alors ce sera plus simple pour toi d’encaisser mes mots.

- Tu persistes à dire que je n’ai jamais rien ressentis. J’ai moi-même failli te croire, étrange n’est-ce pas ? Notre perception des choses est tellement opposée... T’ai-je aimé ou non ? Je pense que dans ton cœur que tu te vantes de posséder, tu dois bien avoir la réponse. Et en ce qui concerne les sentiments, oui j’en ressens Ilana. Je ne suis pas qu’une simple coquille vide qui ne connaît rien à la vie.

Je marque une courte de pause, n’étant toujours pas décidé à te laisser prendre la parole. Cette fois c’est mon tour de parler Ilana, et je n’ai pas encore terminé. Je n’aime pas avoir à te dire toutes ces choses en présence d’Elina, j’espère qu’elle ne verra pas en mes mots une part de faiblesse. Car la faiblesse, je préfère la laisser aux humains.

- Là tout de suite je ressens de la haine. Je te déteste Ilana. Je te déteste pour m’avoir dit pardon au moment où tu étais au plus bas. Je te déteste pour cet égarement que tu as eu, pour n’avoir été que de passage dans ta vie sentimentale. Je te déteste pour avoir ignoré tous les sacrifices que j’ai pu faire pour toi, pour te donner une vie meilleure. Tu aurais pu avoir cette vie paisible d’humaine dont tu rêvais tant, aimer un homme, fonder une véritable famille et être heureuse. Je t’avais offert cette possibilité, et je t’en voudrais toujours de ne pas l’avoir accepté.

Suis-je réellement en train de dire toute ces choses ? Peut-être n’est-ce qu’un songe de plus. Finalement je ne suis pas fou, je parviens encore à détacher la réalité de l’illusion, ce que toi tu sembles avoir du mal à faire Ilana.

- Tu voulais garder cet enfant ? Notre enfant ? Qu’aurais-tu pu faire face aux Princes ? Passer une éternité à te cacher ? C’est donc cette vie que tu voulais lui offrir ? Et quand bien même tu l’aurais souhaité tu n’aurais pas pu. Il aurait de toute façon fini dans les ténèbres. Je ne veux pas être le père qui n’aura rien pu faire pour protéger son enfant. Je ne veux pas être ce mari incapable de consoler sa femme trop déprimée pour continuer de vivre. A-t-on avis Ilana, toi qui n’aperçois que le mal en moi, comment crois-tu que cet enfant serait devenu ? Je ne veux pas qu’il connaisse la même vie que moi. Il est bien mieux mort.

Des paroles dures à la fois à entendre comme à prononcer. Je n’ai jamais pris plaisir à arracher la vie de cet enfant. Je n’ai jamais souhaité lui causer de mal. Mais lorsqu’on a du sang de démon, c’est l’Enfer qui décide à notre place. C’est ce qui te différencie de nous Ilana, ton humanité te donne droit au choix. L’aurais-tu oublié, mon passé ? Moi non plus je n’ai pas pu échapper à mon destin, manipulé à la fois par les Princes et par ma propre famille. Tu as droit à ta liberté Ilana, seulement tu ne veux pas en profiter pleinement. Mais tu ne peux pas m’empêcher de vouloir obtenir la mienne. Cette liberté, je l’obtiendrais uniquement en détrônant les Princes, et heureusement, j’ai une alliée de taille pour m’accompagner.

- Sache que je me trouverai en travers de ton chemin Ilana, que tu le veuilles ou non. Je me tiendrais debout, aux côtés d’Elina, et je serais redevenu ce grand ennemi que tu méprisais tant.

Tu peux donc chercher à te venger ou à me tuer, de toute façon je n’en ai plus rien à faire. Je toucherais bien évidemment aux personnes auxquelles tu tiens, cette chère Kalia Alena est en tête de liste. Qu’espérais-tu ? Que je serais allié avec la princesse des anges ? Encore plongé dans tes illusions. Il ne peut pas y avoir de paix, ni entre Kalia et moi, ni même entre toi et moi. Aujourd’hui les camps sont formés, et les dés sont lancés. Crois-moi Ilana, je suis bien obstiné à devenir le vainqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 23

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Mar 1 Oct - 11:37

J’attends que tu répliques. Tu es une fille des Princes après tout. Il est bien rare que vous ayez la langue dans votre poche. Alors, je m’attends à une réplique acide et même violente. Pourquoi garderais-tu ton calme alors que je suis à deux doigts de perdre le mien ? Tu sembles cependant plus maîtresse de tes émotions que je ne le suis. C’est sûrement ce qui nous différencie actuellement. Je suis bien trop à fleur de peau pour pouvoir me contrôler totalement, mes plaies sont encore bien trop ouvertes pour que je puisse rester d’un calme olympien face à toi. Tu es du côté de Matthew, tu partages la vérité de Matthew, et c’est là ta plus grosse erreur face à moi. Peu importe que tu sois la fille de Lucifer, que tu sois née pour régner sur le monde des Enfers. Ce soir, je ne vois en toi que cette belle jeune femme qui est à côté de Storm et qui m’assène des vérités que je ne parviens pas à entendre. Une forme apparaît entre nous, je fais un pas en arrière... Quand on parle du diable. Tu me fais face Matthew, entre moi et Elina. Mais tu lui tournes le dos, tu ne m’as jamais réellement tourné le dos. As-tu une totale confiance en elle pour la laisser derrière toi ? N’as-tu pas peur qu’elle te porte le coup de grâce par derrière ? Si je me souviens bien, tu ne m’as jamais tourné le dos... n’as-tu donc eu jamais confiance en moi ? Ton regard est ancré dans le mien et j’ai mal. Oui, j’ai toujours aussi mal. Tu vois Matthew, le temps passe mais mes cicatrices sont encore bien trop vives. Je ne veux pas te faire face, je n’en ai pas la force. Depuis combien de temps nous observes-tu du haut de la cascade ? As-tu attendu maintenant pour me porter le coup de grâce ? « Puisque tu as promis d’écarteler le prochain qui parlerait de cet enfant, alors réfléchis dès maintenant à la manière dont tu vas t’y prendre, car ce soir je compte bien t’en parler. Il est sans doute temps que l’on aborde véritablement ce sujet.» Ne me parle pas avec tant de sarcasme Matthew. Tu as perdu ce droit lorsque tu as traversé mon corps avec ta main. Lorsque tu m’as arraché... lorsque tu me l’as arraché. J’ai fait un premier pas pour m’éloigner de toi. En ferai-je un ou plusieurs autres ? Je ne sais pas. A vrai dire, je ne me sais même pas à quoi m’attendre. Vas-tu m’achever, ou vas-tu me parler ? Vas-tu me consoler ou vas-tu m’achever ? Tu vois Matthew, une seule constante de notre relation ne change pas. Je me pose toujours autant de questions. « Tu dis que cet enfant t’aurait reconnu et aimé en tant que mère ? Illusion. Que tu parviendrais à faire augmenter la petite part d’humanité qu’il y a en lui ? Illusion. Cet enfant aurait été épatant pour une seule chose, tuer tes amis les anges. Que croyais-tu ? Qu’il aurait une chance de s’en tirer ? De vivre une vie normale ? Les Princes auraient effacé toute part d’humanité en lui dès sa venue au monde. A-t-on avis Ilana, pourquoi penses-tu que je les déteste tant ? » Illusion, illusion... tu n’as que ce mot à la bouche ! Pourquoi reprends-tu mes mots pour les détourner de la plus horrible des façons ? Je ne veux pas t’entendre, alors ferme la. Ta jolie petite copine a déjà fait tout le travail. Elle m’a déjà tout expliqué, qu’est-ce que tu crois ? Tu penses que je n’ai rien compris ? Ne me prends pas pour une idiot Matthew, ça risquerait d’aiguiser encore plus ma haine. « Tu persistes à dire que je n’ai jamais rien ressentis. J’ai moi-même failli te croire, étrange n’est-ce pas ? Notre perception des choses est tellement opposée... T’ai-je aimé ou non ? Je pense que dans ton cœur que tu te vantes de posséder, tu dois bien avoir la réponse. Et en ce qui concerne les sentiments, oui j’en ressens Ilana. Je ne suis pas qu’une simple coquille vide qui ne connaît rien à la vie.» A quoi bon ? A quoi bon revenir sur nos anciens sentiments ? Je sais que tu m’as aimée Matthew, mais ça me fait encore plus mal de le savoir. Ça me fait mal de savoir que malgré tes sentiments pour moi, tu n’as pas hésité à me faire si mal. Connais-tu réellement l’amour ? Tu te targues de m’avoir aimée, mais tu n’as pas saisi toute la portée qu’ont les sentiments amoureux. Pour toi, l’amour signifie protection, mensonge et illusion. Pour moi, l’amour signifie confiance, confidence et réalité. Mais là encore, à quoi bon te l’expliquer ? Tout est détruit, et je ne vois pas comment nous pourrions tout reconstruire. Je n’ai même pas envie de faire l’effort de la reconstruction... Et ça me fait mal Matthew. Ton regard est dur, pourquoi se durcit-il de plus en plus ? Ne me regarde pas avec ses yeux là. « Là tout de suite je ressens de la haine. Je te déteste Ilana. Je te déteste pour m’avoir dit pardon au moment où tu étais au plus bas. Je te déteste pour cet égarement que tu as eu, pour n’avoir été que de passage dans ta vie sentimentale. Je te déteste pour avoir ignoré tous les sacrifices que j’ai pu faire pour toi, pour te donner une vie meilleure. Tu aurais pu avoir cette vie paisible d’humaine dont tu rêvais tant, aimer un homme, fonder une véritable famille et être heureuse. Je t’avais offert cette possibilité, et je t’en voudrais toujours de ne pas l’avoir accepté. » Je fais un pas, deux pas, trois pas en arrière. Ne me dis pas que tu me détestes. C’est moi qui devrais te détester Matthew, c’est moi qui devrais te cracher ma haine au visage. Pourquoi me fais-tu ça ? Putain Matthew, tu vas finir par me faire mal à en crever alors tais toi. Ne dis plus rien. Tu dis m’avoir offert une belle vie, mais tu n’en sais rien. Tu ne sais rien de ce que j’attends dans une vie. La paix ? L’ennui ? Une famille ? Putain, mais la ferme Matthew. Oui, la ferme car tu ne sais pas de quoi tu parles. Pourtant, tes mots ont un impact sur moi, et je te déteste davantage d’avoir encore de l’importance à mes yeux. « Tu voulais garder cet enfant ? Notre enfant ? Qu’aurais-tu pu faire face aux Princes ? Passer une éternité à te cacher ? C’est donc cette vie que tu voulais lui offrir ? Et quand bien même tu l’aurais souhaité tu n’aurais pas pu. Il aurait de toute façon fini dans les ténèbres. Je ne veux pas être le père qui n’aura rien pu faire pour protéger son enfant. Je ne veux pas être ce mari incapable de consoler sa femme trop déprimée pour continuer de vivre. A-t-on avis Ilana, toi qui n’aperçois que le mal en moi, comment crois-tu que cet enfant serait devenu ? Je ne veux pas qu’il connaisse la même vie que moi. Il est bien mieux mort.» J’ai encore fait quelques pas en arrière. Sans doute si je m’éloigne, je t’entendrai moins. Je n’entendrai pas tous tes mots qui heurtent tant mon cœur. Pourquoi es-tu venu ? Pourquoi me craches-tu tout ça ? Mon corps fuit mais mes yeux sont toujours ancrés dans les tiens. Dans tes yeux, je vois l’honnêteté et l’envie de me faire comprendre la vérité. Les miens sont vides, montrant mon absence. J’entends ce que tu as à me dire mais je ne veux plus t’entendre. J’aimerai que vous vous en alliez... prends sa main et pars avec Elina Matthew. Pourquoi attends-tu une réponse ? Penses-tu que je suis à même de te dire quelque chose de claire ? « Penses-tu que je suis stupide Matthew ? Tu penses peut-être que je refuse de voir cette vérité. Mais t’es-tu posé la question du pourquoi ? Pourquoi je ne veux pas entendre et accepter tes mots ? Parce que j’ai mal putain Matthew.» Je jette un rapide coup d’œil à Elina. Pourquoi reste-t-elle là ? Elle n’a pas à nous entendre, tout ce que j’ai à dire est entre nous. Elle ne sait rien de notre relation, elle ne connait pas mes sentiments. Elle veut rester ? Qu’elle reste après tout... Cela ne changera rien. « J’ai mal de voir que tu as eu raison. J’ai mal de voir que peu importe tout ce que j’aurai fait, je n’aurais pas su me montrer à la hauteur. A la hauteur de cet enfant qui aurait été d’une rare puissance. Tu te rends compte Matthew... Il n’était même pas né que j’avais déjà trouvé le moyen d’être une mauvaise mère. Une putain de mauvaise mère car j’étais totalement dépassée par cette puissance qui s’insinuait dans mes veines. Je n’arrivais plus à contrôler mes pouvoirs alors que ce n’était qu’un fœtus. Tu sais dès que j’ai su que j’étais enceinte, j’avais envie de le protéger. J’avais envie de lui dire que je ne le laisserai pas tomber... mais je n’ai jamais réussi à le contrôler, à peine trois millimètres et il avait déjà tant de... contrôle sur moi. » J’ai le hoquet. Le hoquet de la douleur, mes yeux commencent à s’embuer mais je refuse de pleurer. Pleurer devant toi Matthew, ça m’est égal. Tu m’as déjà vue ainsi, mais Elina n’a pas à me voir avec autant de faiblesse. Je me reprends et refais un pas vers toi. Un seul et unique. « Nous aurons le bonheur de nous retrouver l’un en face de l’autre Matthew, mais je vais te dire quelque chose. Après, ce sera terminé. Toute cette histoire, notre histoire, sera terminée. Je suis faible, une humaine est si faible. Ma faiblesse va m’empêcher de blesser une personne que j’ai tant aimée. Parce que oui, Matthew, je t’ai aimé. C’était un amour différent, un amour que je ne comprends pas... Mais à quoi bon chercher à le comprendre à présent hein Matthew ? Aujourd’hui, ce sera chacun de son côté. Mais parce que j’ai aimé... je...» Mon regarde fixe le corps d’Elina, je ne peux pas dire ça... pas maintenant pas devant elle. « Allez vous-en... partez.» Je glisse contre un arbre et je m’assois. Je suis fatiguée de tout ça, je n’en peux plus. Alors partez & allez vous occuper.


Dernière édition par Ilana Alom le Dim 24 Nov - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zark Belsefir
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 1358

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Mer 13 Nov - 12:31

//Combien d’années avaient passées depuis que Zark et Ilana s’étaient éloignés ? Le démon ne saurait même plus les compter. Ce qu’il savait en revanche, c’est que très longtemps il avait attendu leurs retrouvailles, et très longtemps il avait attendu de pouvoir à nouveau l’embrasser comme il l’avait au moment où elle l’avait fait revenir à lui. Zark ne voulait plus commettre l’erreur de la laisser partir, de s’éloigner d’elle à nouveau, peu importe les risques. La première fois, c’était son manque en confiance en elle qui avait mené indirectement à leur séparation. Les choses seraient-elles différentes s’il acceptait de ne plus avoir le moindre secret pour elle ? Il l’ignorait. En serait-il seulement capable ? Cette réponse là aussi, il l’ignorait. Pourtant, il savait qu’en sa présence, il ne demeurait plus aucun doute… Malgré ses nombreux défauts, Zark allait désormais tout faire pour prendre soin d’Ilana, et pour cause, il lui avait proposé d’emménager chez lui. Il était prêt à passer outre l’histoire qui s’était déroulée entre Ilana et Matthew. Cela dit… Etait-il prêt à vraiment renoncer à tout ce qu’il fallait afin de la garder près de lui ? Zark était un démon… Et en tant que tel, il menait un projet avec une alliée dont personne ne soupçonnait encore l’ampleur. Zark était bien décidé à se débarrasser de Kalia, mais si Ilana venait à l’apprendre… Il savait on ne peut mieux vers qui elle se tournerait… Alors les choses étaient simples : elle ne devait jamais apprendre qu’il était mêlé de près ou de loin à ce qu’il préparait. Oui… Zark avait encore des progrès à faire en ce qui concerne la confiance. Mais il était persuadé qu’une fois que Kalia serait disparue, il n’aurait plus besoin de dissimuler le moindre de ses secrets à Ilana…//

//Le démon venait de passer une bonne partie de ce début de soirée auprès de Lucy, afin de l’aider à développer son plan d’attaque. Il devait être parfait si elle tenait à avoir Kalia du premier coup, et pour cela, Zark ne se privait pas de lui donner toutes les informations qu’il possédait sur Kalia, et il l’aidait à mettre son plan d’attaque en marche. La noirceur de la nuit avait à présent envahie toute la ville, et Zark se prépara à s’en aller, lorsqu’il sentit que quelque chose n’allait pas… C’était Ilana. Sans hésiter, il s’éclipsa pour apparaître là où elle se trouvait, et apparut dans un coin de la cascade. Il y aperçut Matthew et Elina, tandis qu’Ilana leur faisait face. Que lui voulaient-ils encore ?//

- Tu voulais garder cet enfant ? Notre enfant ? Qu’aurais-tu pu faire face aux Princes ? Passer une éternité à te cacher ? C’est donc cette vie que tu voulais lui offrir ? Et quand bien même tu l’aurais souhaité tu n’aurais pas pu. Il aurait de toute façon fini dans les ténèbres. Je ne veux pas être le père qui n’aura rien pu faire pour protéger son enfant. Je ne veux pas être ce mari incapable de consoler sa femme trop déprimée pour continuer de vivre. A-t-on avis Ilana, toi qui n’aperçois que le mal en moi, comment crois-tu que cet enfant serait devenu ? Je ne veux pas qu’il connaisse la même vie que moi. Il est bien mieux mort.

« J’ai mal de voir que tu as eu raison. J’ai mal de voir que peu importe tout ce que j’aurai fait, je n’aurais pas su me montrer à la hauteur. A la hauteur de cet enfant qui aurait été d’une rare puissance. Tu te rends compte Matthew... Il n’était même pas né que j’avais déjà trouvé le moyen d’être une mauvaise mère. Une putain de mauvaise mère car j’étais totalement dépassée par cette puissance qui s’insinuait dans mes veines. Je n’arrivais plus à contrôler mes pouvoirs alors que ce n’était qu’un foetus. Tu sais dès que j’ai su que j’étais enceinte, j’avais envie de le protéger. J’avais envie de lui dire que je ne le laisserai pas tomber... mais je n’ai jamais réussi à le contrôler, à peine trois millimètres et il avait déjà tant de... contrôle sur moi. »

//Zark éprouva un léger pincement au cœur à l’entente des mots d’Ilana. Elle n’aurait jamais été une mauvaise mère, le démon était même persuadé qu’elle aurait fait une mère formidable. Mais bien qu’elle refuse de le comprendre pour l’instant, Matthew avait raison quant au destin qu’aurait connu cet enfant. Il n’en avait pas parlé à Ilana car cela avait été la décision de Matthew de ne rien lui dire. Mais ce sujet était bien connu du démon, il avait d’ailleurs été l’une des causes principales qui avaient poussé Zark à se retourner contre l’Enfer, lors de la naissance de son propre fils. Matthew aurait également dû être recruté par les Princes dès sa naissance. Mais étant donné la position de Félicia, ils l’avaient laissé s’occuper elle-même de son éducation.  Cela dit, des contraintes lui avaient été imposées, comme celles d’en faire un tueur né pour servir l’Enfer. Zark constatait aujourd’hui que ce point était visiblement à revoir, et il était bien content que Matthew soit tout de même parvenu à trouver son chemin par lui-même. Mais tant que les Princes resteront au pouvoir, certaines choses ne changeront malheureusement pas, et cela était valable pour le destin du futur héritier de Matthew pour l’instant...//

- Sache que je me trouverai en travers de ton chemin Ilana, que tu le veuilles ou non. Je me tiendrais debout, aux côtés d’Elina, et je serais redevenu ce grand ennemi que tu méprisais tant.

« Nous aurons le bonheur de nous retrouver l’un en face de l’autre Matthew, mais je vais te dire quelque chose. Après, ce sera terminé. Toute cette histoire, notre histoire, sera terminée. Je suis faible, une humaine est si faible. Ma faiblesse va m’empêcher de blesser une personne que j’ai tant aimée. Parce que oui, Matthew, je t’ai aimé. C’était un amour différent, un amour que je ne comprends pas... Mais à quoi bon chercher à le comprendre à présent hein Matthew ? Aujourd’hui, ce sera chacun de son côté. Mais parce que j’ai aimé... je...»  « Allez vous-en... partez.»

//En la voyant s’exprimer ainsi, Zark ressentait l’émotion que possédait Ilana à l’égard de Matthew. Se pourrait-il qu’elle l’aime encore maintenant qu’elle venait de découvrir qu’il avait agi dans le but de la sauver ? Bien qu’elle le haïsse peut-être aujourd’hui, le démon sentait cependant que la jeune femme restait encore très attachée à lui. Seul le temps pourra peut-être permettre que cela cicatrise. En attendant, c’était un sujet qui était touchait également le démon de près. Mais par amour pour elle, Zark se devait de faire confiance à Ilana… Pour l’heure en tous cas, elle désirait qu’ils partent. Mais le démon observa le regard plein de mépris que lui lança Elina à cet instant. Du plus loin qu’il s’en souvienne, il savait qu’Elina était l’une des héritières la plus calme de tout l’Enfer. Il avait d’ailleurs entendu à son sujet qu’elle n’était entrée dans une colère noire qu’une seule fois au cours de ces derniers siècles, et que les conséquences en avaient été dévastatrices, à tel point que ce ne sont désormais plus que des rumeurs à son sujet car aucune des personnes présentes ce jour-là même jusqu’à une certaine distance n’est en mesure de pouvoir en reparler. Zark n’a jamais éprouvé de haine envers la démone. A vrai dire, elle est bien la seule qu’il aurait peut-être même pu apprécier, étant donné qu’elle est l’unique héritière des Princes à leur avoir toujours donné du fil à retordre. Matthew, tu t’es réellement trouvé une alliée de taille… Mais, alliée ou pas, le démon ne permettrait pas que quiconque s’en prenne à Ilana. Et il trouvait que les choses étaient allées bien assez loin pour ce soir. Il apparut donc juste devant Ilana, et fit face à Matthew et Elina.//

- Cela suffit pour ce soir… Elina, tu as révélé ce pourquoi tu étais venue à Ilana. Elle ignorait qui tu étais, et je crois savoir qu’une princesse comme toi, contrairement à tes cousines, n’est pas dans tes habitudes de tenir rigueur à quelqu’un pour une méprise aussi banale je me trompe ?

//Le démon avait déjà eu l’occasion de rencontrer Elina par le passé. Il connaissait la manière de s’adresser à elle. Elina avait toujours été une démone très calme, très patiente, et il savait qu’il n’était pas dans sa nature de s’en prendre à quelqu’un sans avoir une bonne raison. Il savait cependant que la démone avait une grande fierté et qu’elle détestait qu’on s’avise de ne pas la traiter selon le rang qui lui est dû. Connaissant Ilana, Zark était prêt à parier qu’elle avait dû la provoquer. Sacré Ilana… En même temps, c’était aussi pour son caractère pimenté et le fait qu’elle n’a jamais peur des risques encourus qui fait que le démon l’aime tant. Zark s’adressa ensuite à son fils.//

- Matthew… Il n’est plus nécessaire de reparler de ce qu’il s’est passé avec Ilana désormais. Je lui parlerai moi-même. Après tout, les naissances de démons sont un sujet que je connais depuis un peu plus longtemps que toi.

//Un sourire en coin apparut sur les lèvres du démon. Allait-il rêver ou pas, mais Matthew pourrait même jurer avoir aperçu un clin d’œil complice l’espace d’une fraction de seconde sur le démon. Zark faisait bien sûr référence à la naissance de Matthew, et lui montrait bien par là qu’il comprenait son geste, aussi impardonnable soit-il. Le fait de parler de cela ouvertement et sachant qu’Ilana était présente montrait ainsi que Zark ouvrait à la jeune femme une nouvelle part de lui, de son passé.//

- Il vaudrait mieux que vous partiez à présent…  Sauf si bien sûr tu as envie d’aller boire un café avec ton vieux père pour lui parler plus en détail de ta nouvelle relation et des futurs projets que vous avez tous les deux. Je sais à quel point notre complicité t’a toujours inspiré.

//A travers l’ironie du démon, il se montrait néanmoins très clair. Zark serait désormais l’unique interlocuteur de Matthew et d’Elina s’ils décidaient de rester plus longtemps. Et quelque chose lui disait qu’il n’était pas dans les priorités actuelles de son fils de taper la discussion avec lui comme pourraient le faire un père et un fils.//

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   Sam 23 Nov - 23:15

Dis juste stop, efface tes sentiments, oublie la douleur.

Certains ont plus de facilités que d’autres avec les émotions, ceux qui ont le plus de mal à les gérer sont bien évidemment les humains, eux qui ne contrôlent rien… Finalement il y a bien quelques avantages à être un démon, on peut au moins choisir de se souvenir et d’avoir mal, ou d’effacer tout et de ne plus rien ressentir. J’aurais pu le faire dès le début, tout effacer pour ne pas souffrir de ces pertes, celle de notre enfant ou encore la tienne. J’aurais pu décider de vivre les choses différemment, mais je n’en avais pas le droit. Ma conscience me criait que je devais souffrir au moins tout autant que toi. Alors je l’ai laissé faire, et la souffrance s’est beaucoup amusée avec moi pendant plusieurs semaines. Puis j’ai finalement réussi à lui faire face, surmonter la douleur soi-même, c’est difficile mais pas impossible. Alors toi aussi Ilana, tu peux rendre tous ça plus simple, il te suffit seulement de le vouloir. Juste une fois, tourne-toi vers la facilité, car j’ai l’impression que je te perdrai dans ce si long chemin.

- Penses-tu que je suis stupide Matthew ? Tu penses peut-être que je refuse de voir cette vérité. Mais t’es-tu posé la question du pourquoi ? Pourquoi je ne veux pas entendre et accepter tes mots ? Parce que j’ai mal putain Matthew.

Je remarque seulement maintenant à quel point tu t’es éloignée de moi pendant ma petite tirade. Peut-être étais-je trop plongé dans mon discours pour le voir uniquement maintenant. Est-ce qu’aujourd’hui je t’effraie Ilana ? Pourtant tu sais bien que ce n’est pas moi qui t’achèverai, si quelqu’un doit mettre fin à tes souffrances, ne compte pas sur moi pour ça, je serais sans doute trop lâche pour te porter le coup final. J’accepte d’être la cause de ta souffrance, mais je ne pourrais pas accepter d’être ton assassin. Et oui Ilana, il y a des choses qu’on ne change pas. Je reste sur tes derniers mots "j’ai mal". Même si tu penses que je suis l’être le plus incapable de comprendre ta douleur, et bien détrompe-toi Ilana, car je suis sans doute celui qui la comprends le mieux. C’est à ton tour de te lancer dans un long monologue, à ton tour de pouvoir enfin t’exprimer, sans que quelqu'un vienne te couper. Je réalise alors que tu as le même état d’esprit que moi. Nous avions tous les deux peur d’être de mauvais parents… Pour moi c’est une certitude Ilana, je n’aurais vraiment pas été à la hauteur, mais toi… Toi tu verras à quel point tu seras une merveilleuse mère lorsque tu auras enfin ton enfant. Ce sera difficile au début, mais tu t’accrocheras tellement à lui, tu ne voudras pas le perdre comme le premier, et tu seras cette mère que tous les enfants rêveraient d’avoir. Voilà ton destin Ilana, mais il n’est pas fait pour être partagé avec moi. Peut-être bien Zark ? Ce serait tout de même étrange d’avoir un demi-frère dont Ilana serait la mère… Tu parles alors d’une fin. La fin de notre histoire. "Toute cette histoire, notre histoire, sera terminée". J’ai de gros doutes là-dessus, il est évident que toi et moi ne reformerions jamais plus un couple, mais il y aura toujours un "nous" qui existera. Soit dans l’amitié, soit dans la haine. Seul l’avenir nous le dira.

- Ma faiblesse va m’empêcher de blesser une personne que j’ai tant aimée. Parce que oui, Matthew, je t’ai aimé. C’était un amour différent, un amour que je ne comprends pas... Mais à quoi bon chercher à le comprendre à présent hein Matthew ? Aujourd’hui, ce sera chacun de son côté. Mais parce que j’ai aimé... je...

Tu ne finis pas ta phrase, et je comprends que la présence d’Elina te dérange. Il faudra bien que tu la supportes Ilana, car tu risque de me retrouver bien souvent en sa compagnie désormais. Mais qu’importe, je ne veux pas savoir ce que tu comptais me dire. Je me fiche de savoir si tu m’as réellement aimé ou non un jour. A quoi bon Ilana ? Tout ça fait partit du passé depuis bien longtemps, inutile de revenir là-dessus.

- Allez vous-en... partez.

Tu ne supportes déjà plus ma présence ? Si tu veux être mon ennemie Ilana, il ne faudra pas que la simple vue de mon visage te fasse tant de mal. De toute façon qu’avons-nous à faire de plus ici ? Je crois bien que je commence à sincèrement détester la cascade... Tu veux qu’on s’en aille ? Très bien, nous partons. Avant même que nous quittions les lieux, une nouvelle personne se fait présente. Zark, toujours le sauveur de la situation à ce que je vois. Tu t’adresses tout d’abord à Elina, puis vient enfin mon tour.

- Matthew... Il n’est plus nécessaire de reparler de ce qu’il s’est passé avec Ilana désormais. Je lui parlerai moi-même. Après tout, les naissances de démons sont un sujet que je connais depuis un peu plus longtemps que toi.

N’est-ce pas. Il est évident que le père qui abandonne son fils a le droit de dire qu’il est expert en naissance de démons. Tu feras sans doute un excellent père si Ilana accepte de fonder une famille avec toi. Attention, je pourrais être jaloux de cet enfant... Trêve de plaisanterie, puisque tu sembles vouloir en parler avec elle, fais donc ce qu’il te plaît, moi j’en ai fini en ce qui concerne ce sujet.

- Il vaudrait mieux que vous partiez à présent…  Sauf si bien sûr tu as envie d’aller boire un café avec ton vieux père pour lui parler plus en détail de ta nouvelle relation et des futurs projets que vous avez tous les deux. Je sais à quel point notre complicité t’a toujours inspiré.

- Et bien maintenant que tu as enfin retrouvé la raison sans avoir eu à enterrer le corps d’Ilana entre temps, oh et inutile de me remercier, on pourrait en effet avoir une discussion tous les deux. Passe quand tu veux, mon repère t’est ouvert, il y aura moins d’oreilles indiscrètes chez moi.


Je jette un rapide coup d’œil vers Ilana. Bien entendu, si je dois parler de mes projets à Zark, ce ne sera certainement pas chez lui maintenant qu’il héberge Ilana, je ne veux pas prendre le risque qu’elle aille révéler tous mes projets à sa grande amie Kalia après tout le mal que je me donne. Je m’apprête à partir, puis sans crier garde, j’apparais juste devant Ilana toujours assise, et je m’accroupis pour être plus à sa hauteur. Tu vois Zark, si je veux encore parler à Ilana, je ne passerais pas d’abord par toi. Je vois ce visage, triste, trop malheureux, et je t’adresse alors ces derniers mots, qui ne plairont sûrement pas à tous.

- N’oublie pas que tu as cette chance d’avoir une part de démon en toi… Rien ne t’oblige à vivre dans toute cette douleur. Reprends-toi en main avant que ta souffrance ne finisse par te détruire complètement. Tu peux tout arrêter, le temps de quelques heures, un jour, ou bien un mois. Tu peux faire ce choix Ilana. Dis juste stop, efface tes sentiments, oublie ta douleur. C’est aussi simple que ça.

Je ne préfère pas observer le regard noir que Zark doit sans doute être en train de me jeter. Quoi tu ne lui as donc pas parlé de ça ? Moi j’aimerais voir une Ilana battante dès demain, une Ilana qui ne souffre plus. Un simple claquement de doigts Ilana, et tout peut disparaître. Tu as cette possibilité, à toi de faire un choix. Je retourne aux côtés d’Elina et me saisis de sa main, montrant bien à tous que c’est elle, et seulement elle mon choix pour l’avenir.

- Nous nous reverrons bientôt, c’est une certitude.

Nous nous éclipsons tous les deux, les laissant seuls près de la cascade. Nous verrons bien dans les jours à venir ce qu’Ilana a opté comme choix, et comment Zark compte agir. Quant à Elina et moi, des projets bien plus importants nous attendent, des projets qui nécessitent notre entière attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Celle qui aurait préféré ne pas être dérangée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.
» Un magnifique titre aurait été le bienvenu...[Swann Neige]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pass Magic :: Pass Magic

 :: Hors de la ville :: La cascade
-