AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une romance torturée [Ilana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 3:51

(Petite précision pour la compréhension de tout le monde, ce topic se déroule après celui en Enfer.)

« Un jour peut-être tu découvriras la vérité Ilana, à ce moment là j’espère que tu me pardonneras. »

//Voici la dernière phrase que j’ai prononcé à Ilana. La vérité. Mais quelle vérité ? Ma vie entière est un secret, la vérité serait bien trop longue à avouer, à comprendre. Je ne suis pas celui que tu crois Ilana, saches le. Je suis Matthew Storm, membre du chaos, démon visant de grands objectifs, qui est prêt à tout pour les atteindre et qui n’a pas de cœur. Voici une courte définition de ma personne, tiens t’en à ça, c’est tout ce dont tu as besoin de savoir à mon sujet. Ne cherches pas plus loin, ne t’intéresses pas à moi, n’essais pas de me connaître car tu en souffriras...//

//Mes yeux sont complètement noirs, il y a du sang partout, un véritable massacre... Où suis-je ? Que c’est il donc passé ? J’ai l’impression qu’une autre personne a pris ma place durant de longues minutes. Mes yeux reprennent peu à peu leur couleur initiale, et je me trouve face au carnage que je viens de commettre. Je regarde lentement autour de moi, sans exprimer la moindre émotion, je restai indifférent à cette vision, j’avais l’habitude du sang et des morts après tout. Je me trouvais dans le lieu que je répugnais le plus: le jardin romantique. Des corps humains étaient éparpillés devant moi. Combien de morts ? Je dirais une dizaine, peut-être plus. Les feuilles vertes si éclatantes étaient brûlées. Les roses blanches étaient tâchées de rouge. Cela ressemblait plus à un jardin de l’Enfer à présent. Au moins je me sentais un peu plus dans mon élément maintenant… Je m’apprêtais à quitter les lieux lorsque j’entendis une personne tousser. Il s’agissait d’une femme en train d’agoniser lentement dans son coin. Sans réfléchir, je me saisis d’une rose blanche, à la base, bien qu’entièrement recouverte de sang à présent. Je me rapproche alors du corps et pose mon regard sur cette jeune blonde.//

- Pitié... J’ai un mari et un enfant qui ont besoin de moi.

- Et bien ils devront se passer de ta présence. C’est ce genre d’expérience qui leur apprendra à être plus forts. Dans la vie on doit éviter d’avoir toute sorte de faiblesse.

- Mais...

- Bonne balade de l’autre côté.

//Mon regard ne quitte pas le sien, et je peux voir une larme couler le long de sa joue. Sans exprimer la moindre compassion, une dague apparaît dans ma main droite et je la plante dans le cœur de la jeune femme, lui donnant le coup fatal qui lui permettrait de reposer en paix. Je me relève et jette la rose sur le corps de la jeune femme, l’observant encore quelques instants. Etrangement je me demandais ce que j’aurais fait si Ilana s’était retrouvée dans ce même genre de situation. L’aurais-je sauvé ? Sans doute... Mais faire une telle chose serait signe de faiblesse, de dépendance. Il faut vraiment que je me détache d’elle, quitte à pratiquer les techniques de Félicia ou de Vaurel, au moins je ne craindrais plus de me retrouver dans une situation de faiblesse.//

//Je tournais finalement le dos au cadavre, m’apprêtant à quitter les lieux, lorsqu’une main m’agrippa la cheville d’une poignée ferme. Je me retournais et l’apparence d’Ilana avait pris la place du cadavre. Elle était pâle, ensanglantée et ses yeux n’avaient plus aucune expression. Un véritable mort-vivant... Et elle relevait lentement la tête afin de croiser mon regard. Moi je ne bougeais pas, à la fois choqué de cette vision et dans une totale incompréhension. Puis la bouche d’Ilana s’ouvrit légèrement et un épouvantable hurlement sortit de sa bouche, me perçant les oreilles. Je me défie alors de son étreinte puis plus rien... Lorsque je reposais les yeux sur le corps, il s’agissait bel et bien du cadavre de la jeune blonde qui reposait inerte sur le sol. Pourquoi mon subconscient se jouait-il ainsi de moi ? J’étais perdu.//

- Qu’est-ce qu’il m’arrive...

//Ilana était bel et bien ma faiblesse ainsi que ma hantise et je devais m’en défaire à tout prix. Je voulais quitter ce lieu le plus vite possible, mais bien sur il y a cet imprévu qui chamboule tout. Cette présence qui me force à rester en cet endroit et qui va surement me demander des explications. Ilana se trouvait également au jardin romantique et apparemment, elle ne semblait pas reconnaître ce si charmant lieu.//


Dernière édition par Matthew Storm le Mar 19 Juin - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 24

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 4:36

//Une odeur pestilentielle de chair brûlée, de sang chaud arrivait à mes narines. En ces lieux, j’avais pourtant eu l’habitude de sentir le doux parfum du lilas ou encore le parfum subtile de la rose. En ce tout début de soirée, il n’en était rien. Cette éfluve me donnait des hauts-le-coeur. Comment au jardin romantique le sang pouvait-il avoir coulé ? Qui était responsable de ce carnage prévisible ? Je me dirigeai vers l’origine de ces affreuses odeurs qui n’allaient pas tarder à me faire suffoquer. Oh certes, dans les Enfers, j’avais senti ma propre chair brûler, mais c’était différent. Dans un endroit si apaisant et normalement si calme, l’intensité de l’odeur semblait se décupler. Mon pas ralentissait, je n’étais peut-être pas prête à voir l’auteur de ce carnage. Sur les roses blanches, des taches de sang, sur l’herbe verte fraîche des morceaux de chair. Je posa la main sur ma poitrine afin d’éviter un énième haut-le-coeur. Ma longue robe se tachait de sang au fur et à mesure de mon avancée. Mon coeur s’accélère, peut-être prenait-il conscience de l’identité du meurtrier. Les cadavres s’étalaient sur le sol. Les expressions sur le visage montraient l’apaissement, c’était comme s’ils semblaient apaiser d’avoir été achevés par leur bourreau. J’arrive à la hauteur du démon responsable de ce massacre. Evidemment...Ca ne pouvait être que toi. Mon coeur se serre. Que t’est-il arrivé Matthew ? Pourquoi un tel déferlement de haine, de violence ? Que se passe-t-il en toi que je ne comprends pas, quels sont ces problèmes que tu refuses de me dire ? Tu me sembles si désemparé. Serai-je capable de t’aider ? J’aimerai me convaincre que je le peux, mais te laisseras-tu faire ? Tant de questions pour si peu de réponses. Je m’arrête à quelques mètres de toi. Tu regardes avec des yeux perçants une jeune femme blonde que tu viens d’achever d’un couteau dans le coeur.//

« Qu’est-ce qu’il m’arrive...»

//Je ne réponds rien. Cette question ne m’est pas adressée. Mais je me la pose également. Que t’avaient fait ces pauvres gens ? Rien je présume...Elle t’avait supplié de ne pas l’achever. J’entends encore sa supplique, je vois son regard apeuré. Si mes sentiments n’étaient pas si forts, je te tournerai le dos et je m’en irai. Mais ce soir, comme tous les autres soirs qui suivront, je viendrai à toi plutôt que de te fuire. Je sais que tu as ressenti ma présence, mais tu ne me dis rien. Le silence...Ah Matthew ton silence, il finira par me rendre folle. Je suis la première à le rompre comme d’habitude.//

« Je me pose cette question depuis si longtemps déjà...»

//Je m’approche de toi, mais ne te touche pas. Je laisse entre nous une certaine distance de sécurité. Je ne peux pas accepter ce que tu as fait, mais je ne t’abandonnerai pas pour un tel acte. Je ne veux pas que tu me crois lâche. Je n’ai pas toujours fait preuve de courage ces derniers temps, mais là, je suis là.//

« J’essaye de te comprendre Matthew...Vraiment j’essaye. Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que ça t’apporte ? Absolument rien. Je refuse de croire que tu y trouves un quelconque réconfort ou alors je ne te connais vraiment pas, mais là aussi j’en doute.»

//Je diminue la distance qui nous sépare, sans pour autant vouloir le moindre contact physique. Ce soir, je ne veux pas que tu m’approches. Tu m’as l’air perdu. Ton teint est livide, blanchâtre, à moins que ce ne soit que les couleurs du coucher du soleil. Je me frotte plusieurs fois les yeux, mais les cadavres autour de nous sont toujours là. Leur vision m’est insupportable. En baragouinant deux ou trois mots, je les fais disparaître. Il ne reste plus que toi et moi Matthew, et tu ne t’échapperas pas, tu ne m’échapperas plus.//

« Ce n’est pas en tuant de pauvres innocents que tu iras mieux, ça ne fera qu’empirer. Si tu ne partages pas ce que tu ressens, tu ne t’en sortiras pas. Que veux-tu ? Qu’on mette définitivement une distance entre nous ? Bien sûr, ce serait plus facile de ne plus se voir car je suis la seule personne qui puisse réellement t’aider. Tu pourrais retourner à tes occupations, mais étrangement, je refuse de m’éloigner. Ce serait plus facile pour moi aussi, qu’est-ce que tu crois. Je pourrais oublier ton existence, et vivre ma vie de mon côté. Mais non, car à présent et ce depuis longtemps déjà, tu fais partie entière de mon existence et de moi.»

//Je me suis nettement rapprochée de toi. Mes yeux te fixent, tu ne peux pas esquiver mon regard, ce serait bien trop facile Matthew. Et décidemment, je n’aime pas la facilité.//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 5:35

- Je me pose cette question depuis si longtemps déjà...

//Etrangement le son de ta voix me revient comme un pique lançait tout droit vers mon cœur. Tu as lancé droit dans le mille Ilana et tu ne m’as pas manqué. Je ne dis absolument rien. Je n’ai pas à me justifier après tout, et puis de toute façon, aucune excuse ne serait valable pour un tel massacre. Je te vois faire quelques pas en ma direction. Non, arrête ça, fais immédiatement demi-tour et ne reviens jamais. J’aimerais te dire ces mots, faire en sorte que tu ne m’approches plus, mais étrangement je ne m’en sens pas capable. Je remarque cependant que tu laisses une certaine distance entre nous. Aurais-tu peur de moi ? Tu as bien raison, je suis un danger pour tout le monde, à mes côtés personne n’est en sécurité. Puis tu reprends alors la parole. Tu affirmes essayer de me comprendre, sans vraiment y parvenir. Pourquoi est-ce que j’agis ainsi ? Voilà donc la question qui te perturbe. Je suis un démon Ilana, telle est ma nature, c’est à ça que tu devras t’attendre avec moi. Pourtant je sais bien que tu ne me croiras pas si je t’offrais ce genre de réponse, alors je continue de me taire et tu reprends à nouveau la parole. Non Ilana je ne suis pas ainsi, tu sais bien que je déteste m’étaler sur ma vie, partager mes sentiments et mes points de vus. Je garde tout pour moi, j’agis en silence, c’est tout moi ça. Oui, j’aimerais mettre cette distance entre nous, parce que c’est ta présence qui est en train de me tuer à petit feu, c’est ta personne qui est en train de me changer, de me perturber. Tu me rends fou mais ça tu n’en as pas encore conscience. Finalement tu refuses de t’éloigner, et en effet, c’est à cet instant que je remarque que la distance nous séparant précédemment s’est largement réduite. Tu es juste en face de moi, tes yeux plongés dans les miens, attendant une réponse qui t’en dirait plus sur mon état actuel.//

- A quoi bon te faire de fausses illusions Ilana... Oublies moi donc. Plus tu t’éloigneras de moi et mieux tu te porteras.

//Lorsque je la regarde, j’ai presque peur de revoir cette vision d’elle à la fois morte et vivante. Je redoute de la revoir blessée, mais ce que je redoute le plus, c’est sans doute de reposer mes yeux sur ce regard, vide et morne. Mais non, tu es bien là, en face de moi, la belle et douce Ilana Alom, bien que le regard que tu me portes ne soit plus si doux.//

- Zark ne t’a donc pas servit de leçon ? Dis-toi que je suis pire que lui, que je pourrais t’infliger des souffrances comme tu n’en as jamais connu. Ne cherches pas à sympathiser avec ma famille, aucun d’entre nous n’est bon, ni lui ni moi ne t’apporterons ce que tu recherches.

//J’étais à nouveau cru dans mes mots mais il le fallait. Abandonnes moi Ilana car je n’en aurais sans doute pas le courage. Pourquoi persister à vouloir m’aider ? C’est peine perdue, je ne changerais pas, du moins pas comme tu le voudrais. Je détourne alors mon regard du sien, et au loin, j’aperçois quelque chose d’étrange. J’ai l’impression de la revoir, encore, mais cette fois-ci elle est bien vivante. En revanche elle a peur, mais elle est également triste et déçue. Je comprends rapidement pourquoi. Je me veux vois, près d’elle, m’apprêtant à la tuer. En serais-je vraiment capable ? C’est que je deviens fou… C’est alors que j’aperçois Satan, me regardant avec un sourire machiavélique, apparemment heureux de la situation. Sans m’en rendre compte mon poing se serre, j’ai cette pulsion qui me donne envie de le tuer ici et maintenant. Pourtant l’instant d’après je me rends compte qu’il n’est pas réellement là lorsque mon regard se relève et croise à nouveau celui de la jeune femme. Je n’ai jamais été autant perdu, autant troublé. Peut-être était-ce ce subconscient, cette autre facette de moi qui m’avait poussé à assassiner toutes ces personnes. Ce subconscient est peut-être la véritable partie de moi, le démon sadique que je suis réellement. Cette partie que j’avais peu à peu enfoui depuis mon rapprochement avec Ilana refaisait sans doute surface. Etrangement j’avais parfois du mal à me reconnaître en cet être...//

- Pars d’ici. Il n’y a plus rien que je puisse t’apporter.

//Je ne détourne pas mes yeux des tiens. Je n’ai pas envie d’être confronté à une autre de ces illusions morbides. Je n’ai pas envie de te revoir morte, blessée ou triste. Que se passera-t-il lorsque tu partiras ? M’en prendrais-je à toute la population de Pass Magic ? Quelque part je sais que j’en serais capable... Pourtant cela ne m’apporterait rien. Ma véritable cible reste Satan, et tant que ce diable sera vivant, ma conscience ne cessera d’être tourmentée. Quant à toi Ilana, il ne faut plus que je croise ton chemin. Je ne veux pas que tu me vois tuer. Je ne veux pas que tu me vois tourmenté. Cette pâleur que tu aperçois sur mon visage, ce n’est pas un effet d’optique, mais j’espère que tu ne le remarqueras pas. Je préfère que tu me voies comme un tueur abominable plutôt qu’un être assiégé par sa propre personne. Je suis un être solitaire, je vis, j’agis et subis seul. J’ai toujours fonctionné ainsi et je ne suis pas prêt de changer.//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 24

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 17:24

//Mes yeux continuent de te fixer mais mon regard reste impassible. Si tu cherches à savoir ce que je ressens, c’est peine perdue. Tu ne veux rien laisser paraître de tes émotions ? J’en ferai de même. Même si c’est douloureux, même si c’est puéril, je te laisserai dans l’inconnu. L’inconnu, avec toi, c’est devenu mon passé, mon présent et mon futur. Mais je ne désespère pas, je garde l’espoir. Mais quel espoir ? Non pas que tu me dévoiles toute ta vie, tes peurs, tes angoisses, tes appréhensions. Je te demande simplement de me faire confiance, de comprendre que je ne te jugerai pas. Je n’en ai pas le droit, mais surtout je n’en ai pas envie. Tu me demandes de t’oublier, de t’éloigner de toi et j’irai mieux. Là, je vais réellement commencer à m’énerver. Qui es-tu pour savoir ce qui est bien pour moi ? Pourquoi veux-tu contrôler mon existence ? Si je décide de rester à tes côtés, c’est ma décision, mon choix, et le fait que tu t’y opposes me fait mal, mais je m’y habitue. Les traits de mon visage se durcissent, mes mains se crispent. Comme je m’y attendais, tu cherches à me faire peur pour que je m’éloigne : plus dangereux que Zark ? plus impulsif ? Il se peut que je le sache déjà. Je ne dis toujours rien, je te laisse terminer. Finiras-tu par me cracher à la figure ce qui ronge ton être ? Un jour peut-être, mais je doute que ce moment-là arrive ce soir. Ton poing se serre. Tu essayes de canaliser ton surplus de force, de colère. Si tu te défoulais définitivement, peut-être irais-tu mieux ? Une pensée furtive me traverse l’esprit. Et si tu te défoulais sur moi ? Non, j’agite la tête. Ce ne serait pas...Non. Tu me demandes de partir et dis que tu n’as plus rien à m’apporter. Cette fois, j’explose. Littéralement. D’un geste de la main, j’explose les arbres qui se trouvent à côté de moi. Un, puis deux, puis trois. Il ne reste plus que des cendres. Je m’approche encore plus de toi.//

« Tu vois moi aussi Matthew, je peux être violente, je peux me défouler. Etrangement, c’est loin de m’apaiser. Je suis persuadée qu’il en est de même pour toi.»

//Mon ton est froid, mais mon regard semble s’adoucir. J’aimerai que tu comprennes à quel point tu comptes pour moi, et que je ne te laisserai jamais tomber. Nettoyer les dégâts après tous tes massacres ? Je le ferai. T’empêcher de commettre le pire ? Je le ferai. M’éloigner ? Jamais. Tu tues par dépit, mais ça n’enlèvera pas ce sentiment. Celui qui te ronge de l’intérieur. Celui qui prends tes entrailles, traverse tes vaisseaux, explose au niveau de ton coeur, et surtout s’entremêle dans ton esprit. Ce sentiment qui te donne envie de tout casser, de tout péter, il ne s’en ira pas. Il faut simplement savoir non pas le cacher le calmer. Avoir des oeillères n’a jamais rendu service à quelqu’un. Il faut apprivoiser cette partie de ton être Matthew. Celle que je ne veux pas en voir. Côte à côte, on pourrait y arriver. Je me rapproche, encore et encore.//

« Il y a quelques mois, je n’aurai même pas pris attention à ta personne. Le jour où nous avons formé cette alliance avec Gloria, ce n’était que pour trouver un remède à ma douleur. Je voulais tuer afin d’expier cette affreuse douleur. J’ai tué, mais ça n’a rien changé. J’avais toujours ce sentiment de culpabilité, de haine, de vengeance. Mais à tes côtés, il s’est apaisé. Je suis revenue la jeune femme que j’étais avant. Sans même t’en rendre compte, tu m’as ramenée à la vie. Tu as été à mes côtés, lorsque je n’en avais le plus besoin.»

//Nos deux corps ne sont plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Tu sens mon souffle sur ton cou. Je lève la tête pour te fixer dans les yeux. Que puis-je faire d’autre que de t’assurer de mes sentiments ? Je ne vois pas réellement. Tu fais partie intégrante de mon existence Matthew, qu’y puis-je...Je me mets sur la pointe des pieds, mes lèvres s'approchent des tiennes, de plus en plus...Mais je repense à ce massacre qui vient de se dérouler sous mes yeux, et les visages apeurés de ces personnes me hantent. Je m’éloigne de toi, je te tourne autour.//

« Tu veux que je m’en aille ? Pourquoi ? Pourquoi veux-tu rester seul ? DIS LE MOI ! Dis moi ce que tu ressens pour moi Matthew.»

//Mon ton est presque suppliant. Ca te soulagera, ça nous soulagera. Passer sous silence nos sentiments ne ferait qu’aggraver les choses et tu le sais aussi bien que moi. A quoi bon lutter ? J’en ai marre de devoir me battre contre tout, contre toi. Je voudrais que tu comprennes. Pourquoi fais-tu semblant de ne pas comprendre ? C’est sûr que jouer à l’autruche, c’est plus facile mais ça n’a jamais aidé personne. Souviens toi. Quand j’ai perdu la mémoire, j’ai espéré ne plus jamais la retrouver. Pourquoi ? Je ne voulais pas revivre les moments douloureux. Je voulais rester en paix. Mais ça n’a pas marché. Je tourne encore autour de toi, le bas de ma robe devenant de plus en plus rouge.//

« Si je pars mainten...Ne me mens pas...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 19:22

Je me dirigeai vers la porte de sa chambre assez colérique. Je l’avais vu avec cet autre homme et elle le savait. Elle se douterait sans doute que je ne laisserais pas passer ça... Une fois dans ses appartements, j’attendis devant la porte à demie fermée de sa chambre qu’elle veuille bien me parler en face. Et finalement elle vient à moi, vêtue d’une légère robe de soie, quelques mèches de cheveux attachés en arrière et le visage sans aucune imperfection. Elle m’adresse un sourire et me tire vers elle, sans évoquer ses mauvaises actions passées. Je reste néanmoins tendu et ne me laisse pas amadouer par toutes ses caresses.

- Qu’as-tu donc Matt ? Tu n’es pas très amusant lorsque tu fais la moue.

- Je t’ai vu embrassé cet homme Vicky, et tu semblais plutôt apprécier.

- Allons j’étais en mission, ce démon n’était qu’un vulgaire pion. Détends-toi un peu.

Je retire ses mains de mon corps et prends quelques distances, ce qu’elle ne semble guère apprécier. Je plonge mon regard dans le sien, et elle ne semble aucunement culpabiliser de ce baiser partager avec un autre que moi.

- Suis-je également l’un des pions de ton échiquier géant ?

- La vie entière est un jeu Matt. C’est à chacun de faire en sorte de diriger la partie.

Puis elle revient à mes côtés, m’adresse l’un de ses sourires angéliques et m’embrasse. A cet instant j’oublies tout, la raison de ma venue, mon énervement envers elle, sa façon qu’elle a de jouer avec les hommes… Elle dirigeait la partie et je ne m’en rendais même pas compte.

***


//Je ne sais pourquoi ce souvenir m’est revenu en pleine figure telle une météorite s’écrasant sur notre planète. Il m’est revenu au moment où tu t’es mise à exploser ces arbres, l’un après l’autre, sans relâcher la pression. Puis tu t’arrêtes et me dis que tout comme moi tu peux également être violente, mais que cet acte ne t’aura rien apporté de nouveau. Est-ce la même chose de mon côté ? Est-ce que tuer d’innocentes personnes ne m’apaise pas ? En effet elle n’a pas tort. Mes problèmes sont toujours là, mon passé n’a pas changé et mon présent est juste recouvert de sang. Puis tu me dis toutes ces choses, que je t’ai fait revivre, que j’ai été le soutien dont tu avais besoin, que j’ai apaisé ta douleur... Apaiser une douleur pour en raviver une autre n’est pas franchement une meilleure chose. Je sais que je t’ai fait souffrir, et je sais que ta souffrance est bien présente aujourd’hui encore. Ne me dis pas que grâce à moi tu te sens mieux alors que je t’ai causé plus de tort que de bien. Je suis ainsi Ilana, je ne peux pas changer, avec moi ta souffrance n’en sera que plus intense et interminable alors à quoi bon persister.//

- Visiblement nous n’avons pas la même perception des choses.

//Tu sembles ignorer ma précédente phrase, à croire que ce que je dis ne t’atteint plus. Pourquoi restes-tu si impassible ? Autrefois j’avais plus de facilité à lire en toi, à prédire certaines de tes actions. C’est alors que tu te rapproches encore de moi, ne laissant qu’un misérable espace entre nos deux personnes. A quoi donc joues-tu Ilana ? J’ai l’impression que nous ne participons pas à la même partie, et pourtant nous sommes bien là, l’un en face de l’autre. Si moi je ne bouge pas d’un cil, toi tu rapproches tes lèvres des miennes... Je suis incapable de te repousser, et c’est finalement toi qui remets de la distance entre nous. Que cherches-tu donc à faire ? Me provoquer ? Bien joué, ta manière de venir vers moi puis de t’éloigner semble avoir un impact que tu n’imagines même pas.//

- Tu veux que je m’en aille ? Pourquoi ? Pourquoi veux-tu rester seul ? DIS LE MOI ! Dis-moi ce que tu ressens pour moi Matthew.

//Qu’est-ce que je ressens ? Une question que je ne devrais même pas me poser. Un démon ne doit rien ressentir. Je ne dois pas t’aimer, je ne dois pas ne serait-ce que t’apprécier. Pourquoi cherches-tu tant à faire ressortir en moi une partie qui ne devrait même pas exister ? Le sale gosse que tu as toujours répugné, c’est lui que je suis Ilana, lui et personne d’autre. Celui qui t’a embrassé, qui t’a secouru, qui s’est attaché à toi n’existe pas, il n’est qu’une faible partie de mon existence qui disparaitra d’ici peu. Rassures toi je ferais en sorte que tu ne culpabilises pas d’avoir laissé cette facette s’en aller, je deviendrais un être tellement abject que tu finiras par me détester. On dit qu’il règne une mince frontière entre l’amour et la haine, si me détester t’aidera à avancer, alors je ferais tout pour t’y aider.//

- Ne cherches pas à faire évoluer la nature, tu n’en as pas le pouvoir. Un humain est destiné à être entouré, vivre paisiblement son idylle, s’épanouir dans la vie. Un démon est destiné à vivre seul. Certes nos deux mondes ont des ressemblances, la mort, le sang, la guerre, l’envie de pouvoir. Mais la différence Ilana, c’est qu’un humain à le choix entre appartenir au bon ou au mauvais côté. Un ange est destiné à faire le bien, un démon est destiné à faire régner le mal. Tel est le cycle de la vie, tu ne pourras pas changer ça.

//Ma réponse ne t’est sans doute pas suffisante. Après tout je n’ai pas vraiment répondu aux questions que tu m’as posées. Pourquoi voudrais-je rester seul et qu’est-ce que je ressens pour toi... En voilà deux intéressantes questions. En ai-je vraiment les réponses ? Je crois bien que non, pourtant je t’en dois bien une car j’ai la vague impression que tu ne me laisseras pas partir tant que je ne t’aurais pas renseigné plus que ça.//

- Mon futur a en quelques sortes était déjà tout tracé et j’ai le regret de t’annoncer que tu ne pourras pas en faire partie.

//La déception. C’est sans doute ce que tu dois ressentir. Je t’éloigne de mon avenir sans même prendre en considération tes émotions. Tu mérites mieux qu’une vie en Enfer, tu ne devrais pas avoir à être confronter aux tueries et à toute cette sauvagerie. Crois-moi Ilana, t’éloigner de moi et la meilleure chose que je puisse faire pour toi. Je ne cherche pas à te détruire, je cherche simplement à t’épargner.//

- La question que tu devrais plutôt te poser Ilana, c’est qu’est-ce que toi tu ressens ? Tu ne pourras pas nous avoir tous les deux, de toute façon ni Zark ni moi ne te méritons... Pourtant tu reviens sans cesse vers moi, mais dans ce cas pourquoi l’embrasser à nouveau ?

//Oui, je suis au courant pour votre baiser Ilana, au moins maintenant tu le sais. Cessons un peu de mentir, jouons cartes sur table une bonne fois pour toute. Je crois bien que côté cœur tu es encore plus perdue que je ne le suis...//

- Tu lui mens, tu me mens, mais le pire c’est que tu te mens à toi-même. Tu aimes Zark, et ce sera toujours lui qui passera en premier. Alors arrêtes de revenir vers moi, arrêtes de faire comme ci il pouvait encore y avoir quelque chose entre nous, je refuse d’être le second choix Ilana.

//Je laisse peser un certain silence entre nous, il semble bien que mes mots t’ont plus déstabilisé que tu ne l’aurais imaginé.//

- Autrefois quelqu’un m’a dit que la vie entière était un jeu et que c’était à chacun de faire en sorte de diriger la partie. Aujourd’hui je décide de jouer seul car je m’en sors bien mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilana Alom
Champion
Champion
avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 24

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Dim 17 Juin - 22:26

//En effet Matthew, il me semble que nous n’avons clairement pas la même vision des choses. Depuis notre première rencontre dans mon repère à aujourd’hui, il me semble que nous avons du mal à être sur la même longueur d’ondes. Si je me souviens bien, la seule fois où nous avons été sur la même longueur d’ondes était juste avant mon départ, lorsque je me suis littéralement mise à nue devant toi. Peut-être n’aurai-je jamais dû. Puis, tu te mets à me refaire le schéma des Enfers et du pays des anges. Les démons font le mal, les anges le bien. Ne penses-tu pas que cette vision de la vie est trop simple ? Je ne partage certainement pas cette vision. Il me semble qu’en chaque être humain, angélique ou démoniaque, il y a une part de clarté et de noirceur. Le choix d’aller vers le bien ou le mal est intrinsèque à la personne elle-même. Ce choix n’est pour autant pas définitif. Je préfère penser qu’il ne l’est pas. En ce qui concerne mon propre choix...je ne saurai l’identifier clairement. Le bien ou le mal ? Noirceur ou clarté ? Choix cornélien. Je lâche un rire à peine audible lorsque tu fais exprès de me faire mal. « Mon futur a en quelques sortes était déjà tout tracé et j’ai le regret de t’annoncer que tu ne pourras pas en faire partie.». Bravo Matthew, je te félicite. Tu as voulu me faire de la peine, tu as gagné. Tu es en donc arrivé là ? Me faire de la peine pour que je m’éloigne. Bien. C’est ton choix, encore une fois, qu’y puis-je ? Bien sûr mon coeur se serre, bien sûr chaque battement de mon coeur me fait mal, mais je tente de te le dissimuler. Quel triomphe tires-tu de me faire souffrir ? C’est certain que si tu penses que je te déteste, ce sera bien plus facile. Tu pourras continuer à mener à bien ton combat sans te soucier de ce que je ressens ou de ce que je fais. C’est un choix bien trop facile, mais il me semble que ce soir, tu cherches la facilité. Mais ce qui suit est nettement plus intéressant. Je ne pensais pas que tu en arriveras là. Voilà que tu m’envoies à la figure l’ambiguïté de mes sentiments. Tu me reparles de Zark et...d’un baiser. Comment es-tu au courant ? Je l’ignore. Mais tes sources ne sont pas complètes. Ne t’ont-elle pas dit que la minute d’après, il m’embrochait ? Non bien sûr...Pour qui me prends-tu ? Si tu es au courant de notre baiser, tu es également au courant de notre conversation, et si mes souvenirs sont bons, on ne se jugerait pas amour et fidélité. Pourtant, ça ne semble être pour toi qu’un détail. Je l’aime, je t’aime. Je le veux, je te veux. Ces phrases ne cessent de tourner dans mon esprit. Tu as raison. Quels sont mes sentiments ? Toi ou Zark ? Faut-il absolument faire un choix ? Bien sûr que je suis consciente que je dois faire un choix. Mais au risque de te surprendre, j’ai déjà fait ce choix. « Tu aimes Zark, et ce sera toujours lui qui passera en premier. Alors arrêtes de revenir vers moi, arrêtes de faire comme ci il pouvait encore y avoir quelque chose entre nous, je refuse d’être le second choix Ilana.». J’apprécie tout particulièrement ta façon de déduire des choses sur lesquelles tu n’as pas toutes les informations. Toi un second choix ? Jamais, mais s’il te plait de le croire, alors soit. Le silence s’installe entre nous. Je te fixe.//

//Tu veux la vérité ? Bien. Je ne te cacherai absolument rien. Je m’approche de nouveau de toi, je prends délicatement ta main dans la mienne. Ce n’est pas ce simple geste qui va t’importuner rassure moi...Je t’amène bien plus loin, je ne veux plus être sur les lieux de ton carnage. Je connais très bien le jardin. Je nous amène vers un banc en pierre. Je m’assieds et te fais signe d’en faire de même. Je me mets en tailleur et me tourne vers toi. Je te regarde droit dans les yeux.//

« Tu veux la stricte vérité ? Bien, mais ne m’interromps pas.»

//Je le regarde, laissant encore quelques secondes de silence. Ce que j’ai à dire n’est certainement pas évident. Cependant, tu attends la vérité, la simple vérité et je vais te la donner. Je ne sais pas comment tu vas la prendre, mais tant pis. J’en ai marre des non-dits, des sous-entendus, des connivences. Je veux l’honnêteté, est-ce trop demandé ? Non.//

« Lorsque j’ai appris pour mes pouvoirs, tout est allé si vite. La rencontre de Kalia, de Max, de Gaara puis vint celle avec Zark...Je ne te raconterai pas tout ce que nous avons traversé, tu es bien au courant. J’ai aimé Zark profondément, et il se peut que je n’aime personne autant que je l’ai aimé. Mais les choses changent, j’ai changé, il a changé. Il y a des épreuves, des mots, des gestes que je ne peux pas pardonner. Alors certes, je ne peux dire que je le déteste, ce serait faux. Il reste une part de moi, aussi infime soit-elle qui appartiendra toujours à Zark. Accepte-le ou non, c’est comme ça. Mais ce si grand amour semble s’être transformé en même temps que moi. Je ne suis plus la même personne. Depuis notre séparation, j’ai tellement appris sur moi, sur lui. J’ai compris que sans aucun doute, il ne pourra jamais être l’homme qu’il me faut.»

//«Qu’il me faut». Sans faire exprès j’avais utilisé ces termes. C’était très différent de «Il ne pourrait jamais être l’homme que je veux réellement». Je ne pense pas que tu remarques cette différence. Dans tous les cas, mon coeur fait la différence. Je laisse quelques secondes s'écouler. Mes yeux te fixent, même si je sens que tu ne sens pas plus à l’aise que moi. Je te couvre mon coeur, et je pense que c’est l’ultime fois.//

« Je ne réitèrerai pas ce que je t’ai dit il y a déjà quelques semaines, mais je ne t'ai pas menti. Tu es devenu si important dans ma vie. Chaque fois que tu étais à mes côtés, j’ai ressenti que je n’étais plus seule. Ce sentiment de solitude qui me tenaille au ventre depuis de si longues années. Voilà plus de six années que j’ai appris qui j’étais réellement, voilà six ans que chaque mois, je me sens de plus en plus seule. Lorsque j’étais jeune....je...je n’aurai jamais cru me sentir un jour aussi seule. Ta présence est un moment de répit dans ma solitude. Tu m’as faite rire, tu m’as faite renaître. Mais...»

//Je me lève. Tu restes assis sur le banc de pierre. Je te tourne momentanément le dos. Je sens que les larmes me viennent aux yeux, je m’étais jurée de ne pas pleurer. Cela semble pourtant plus fort que moi. Je me retourne vers toi les yeux légèrement embués de larmes.//

« Mais tu n’es pas l’homme qu’il me faut.»

//Je te regarde quelques instants puis détourne les yeux. Je t’aime c’est certain, mais à tes côtés, tu as raison, il se peut que je ne trouve jamais le bonheur. Cette vie près des démons est-elle pour moi ? Arriverais-je à y trouver ce qu’il me faut ? Oui, non ? Je ne sais pas...Je suis perdue. Je prends une profonde inspiration. Je t’adresse un fin sourire pour que tu comprennes.//

« La vie que je mène est-elle pour moi ? N’y-a-t-il pas un autre endroit où je pourrais enfin trouver le bonheur ? Je ne veux pas te faire souffrir mais...que m’a apporté cette vie ? Quand je rentre chez moi, personne ne m’attends. Si je ne rentre pas, personne ne s’inquiète. Puis, que fais-je de ma vie ? Je....je veux plus.»

//J’insiste sur le «plus». Ma vie me semble dénudée de sens. Je n’apporte rien aux gens, au monde, aux autres. Je veux me sentir utile.//

« Durant mon adolescence, j’avais des ambitions, des envies, des rêves. Aujourd’hui, ce temps des rêves semble révolu. C’est pour ça que je me demande...Pourquoi ne pas revenir définitivement parmi les humains ? Me débarasser de mes pouvoirs et redevenir simplement Ilana Alom ?»

//Cela signifirait Matthew m’éloigner définitivement de toi. Etait-ce possible ? Ce serait douloureux, intensément douloureux. Tu me manquerais chaque jour, mais était-ce impossible ? Comme tu le dis si bien, rien n’est impossible. Je me retourne et essuye les larmes qui coulent sur mes joues. Peut-être dans la noirceur de la nuit, tu n’as rien vu. Je me retourne vers toi un sourire aux lèvres. J’essaye de donner le change autant que possible.//

« Je ne peux être plus honnête Matthew...moi, je n’ai plus aucun secret pour toi.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Storm

Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 392

MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   Lun 18 Juin - 21:11

//Alors que peu à peu je déverse ma colère contre toi à travers mes mots, tu te saisis de ma main et nous emmène vers un banc de pierre un peu plus loin. Je ne te repousse pas et te suis, aussi silencieux qu’un mort. Mort, c’est sans doute ce que je souhaiterais être dans les minutes à suivre. Tu as finalement décidé d’être honnête, aussi bien avec toi-même qu’avec moi. Peut-être est-ce la vérité qui nous soulagera, ou alors ça ne fera qu’empirer... Seul l’avenir nous le dira. Je t’observe t’installer sur le banc, me demandant d’en faire de même. Je préfère rester debout, en face de toi, et laisser une petite distance entre nous. Tu prends alors la parole et me demande de ne pas t’interrompre jusqu’à la fin. Soit, s’il s’agit de ton vœu alors je le ferais. Tu me parles de ton parcours, de tous les évènements de ta vie qui se déroulent très vite et qui change ta personne. Au départ j’ai du mal à saisir où est-ce que tu veux en venir, mais tu ne tardes pas à m’éclairer.//

- J’ai compris que sans aucun doute, il ne pourra jamais être l’homme qu’il me faut.

//Y a-t-il un message à comprendre derrière cette affirmation ? Cherches-tu à me faire entendre par là que c’est finalement moi ton ultime choix ? Etrangement une part en moi en est satisfaite. Après tout ce que tu as vécu avec Zark, j’étais persuadé que notre histoire ne comptait pas tant que ça à tes yeux, que tu étais avec moi pour l’oublier, ou au contraire le retrouver en moi. Je parviens tout de même à ne pas montrer mes émotions, je ne dois rien laisser paraître, il ne le faut pas. Je continue de t’écouter et ne perds pas un seul mot que tu me contes. Tu parles de nous, notre histoire, l’importance de ma présence à tes côtés. Puis arrive ce fameux "mais", et à ce moment la je sais que la phrase qui suivra ce mot ne me fera pas plaisir. Et la voilà cette fameuse phrase, elle ne tarde pas à arriver.//

- Mais tu n’es pas l’homme qu’il me faut.

//Sans m’y attendre je sens en moi une étrange pression. J’ai la vague impression que le monde s’est figé autour de moi, qu’une bombe vient de m’atterrir dessus pour m’achever complètement. Quelle est cette sensation ? Je ne comprends pas. Pourquoi ta phrase me fait cet effet ? Suis-je amoureux de toi ?... Qu’importe, de toute façon tu as déjà pris ta décision, je ne peux que l’accepter. Mais dans ce cas pourquoi t’es-tu retournée avant de me l’annoncer ? Pourquoi tes yeux sont à la fois si brillants et rouges ? Si tu es persuadée de ton choix tu ne devrais pas être triste. Peut-être est-ce simplement de la pitié, tu as peur de me faire souffrir, après tout je ne suis qu’un gosse en pleine crise d’adolescence à tes yeux, me briser le cœur pourrait très bien me pousser au fin fond du gouffre... Epargnes moi ça Ilana, je ne veux pas de ta pitié et encore moins de ta tristesse. Je suis fort, les sentiments ne m’atteignent pas, ça ne représente rien pour moi. Néanmoins je m’assois près de toi, en fait je ne tiens plus debout, j’ai l’impression que mes membres m’ont lâché. Peut-être est-ce mon cœur qui a lâché ? Dans ce cas tu auras réussi à emmener avec toi la seule partie qui faisait de moi un être faible: mes sentiments. J’aurais aimé resté comme ce banc de pierre, totalement impassible. Il faut que je me reprenne, moi je ne laisserais aucune larme couler.//

//Comme tu me l’as demandé je ne t’interromprais pas, et pourtant j’aimerais bien partir, là tout de suite, m’enfuir le plus loin possible. Mais non, je ne suis pas un lâche, je ne m’enfuirais pas et je prendrais la tête haute tous ce que tu as à me dire. Tu me parles alors de cette vie dont tu as rêvé, puis de celle que tu as vécue et que tu souhaiterais abandonné. Redevenir Ilana Alom, l’humaine pleine d’ambition et de joie. C’est donc ça ton réel souhait ? Tourner la page sur tous ce que tu as vécu ? Tirait un trait sur moi ? Soit, qui suis-je pour t’en empêcher ? Chacun est libre de tracer son chemin selon ses propres désirs. Tu termines alors ton discours en m’annonçant que te concernant, tu n’as plus aucun secret pour moi. Je suppose donc que c’est à mon tour de m’ouvrir… ça ne risque pas d’être une partie de plaisir. Je déteste étaler ma vie, parler de ce que je ressens, de comment je vois les choses, mais je te le dois bien. Je prends une profonde inspiration, me remémorant encore ces quelques mots qui m’ont perturbés "tu n’es pas l’homme qu’il me faut". C’est à mon tour de m’exprimer sur ce "nous" au destin impossible.//

- Il fut un temps ou je pensais connaître réellement l’amour. J’étais heureux, parfois passif, j’étais une autre personne. Certes je ne perdais pas de vue mes objectifs, mais ma vie était devenue plus simple et tous les problèmes devenaient pour moi dérisoire.

//J’émets une courte pause. Regardes toi Matthew, voilà où tu en es arrivé. Tu es en train de raconter ton passé, de dévoiler ton cœur alors que tu devrais plutôt être en train de conquérir l’Enfer, de devenir le bourreau de cette ville. Pourtant je ne m’arrête pas la, puisque j’ai commencé à m’exprimer alors autant aller franc jeu jusqu’au bout.//

- Mais voilà tous ceci n’étaient que mensonges. L’amour ça n’existe pas, les sentiments rendent faibles, nous détournent de nos objectifs. J’ai fini par me persuader de ça et je vivais bien mieux ainsi.

//Alors que depuis le début j’évitais de croiser le regard de la jeune femme, je tourne finalement mon visage en sa direction et pose mes yeux droits dans les siens avant de reprendre la parole.//

- Puis je vous ai vu. Zark et toi vivant le parfait idylle. Pourquoi lui et pas moi ? Voilà ce que je m’étais dit. Pourquoi le laisserais-je vivre paisiblement son amour alors qu’il a détruit le mien ? A l’époque j’ignorais encore qui était réellement Vicky, alors mon seul but était de lui rendre la vie infernale. Il n’avait pas le droit d’être heureux, et encore moins avec toi...

//Pourquoi insistai-je sur le "encore moins avec toi" ? Parce que tu es le sosie de Vicky, et te voir avec Zark me devenait insupportable. Mais ça je suppose que tu l’as vite compris.//

- Finalement vous vous êtes séparés tandis que nous nous rapprochions. Puis j’ai découvert la fameuse vérité sur mon passé. Zark devenait le grand héro de l’histoire, Vicky la peste, et toi, tu te retrouvais au beau milieu de toute cette pagaille.

//Je détourne finalement mon regard du tien et me relève, faisant les cent pas juste sous tes yeux. J’étais en colère. Rien ne c’est finalement passé comme je l’aurais voulu. Si seulement j’avais su dès le début ce lourd secret, alors tout aurait été plus simple. Je me reprends après quelques secondes et me repositionnes en face de toi.//

- A partir de la je me suis imaginé tous les scénarios possible. Te joues-tu de moi ? Ne suis-je la que pour remplacer Zark ? Je ne faisais plus confiance en personne. Finalement je me suis rendu compte que ce sont les être à qui je tenais le plus qui m’ont fait souffrir. Et voilà, je me suis juré de ne plus jamais m’attacher, de ne plus me détourner de ma trajectoire. J’ai conscience que je ne suis pas l’homme qu’il te faut, je ne suis l’homme de personne. L’amour, la confiance, j’ai décidé de laisser ça aux autres. Finalement la seule chose dont j’ai besoin, c’est d’assumer pleinement ce que je suis. Un démon, un membre du chaos cruel, ingénieux et sans pitié.

//Tu es sans doute déçue de ça mais à l’heure actuelle je n’en ai plus rien à faire. Je ne te rattraperais pas Ilana, je ne te supplierais pas de rester près de moi. Finalement s’éloigner est peut-être la meilleure chose pour nous, maintenant nous ne souffrirons plus.//

- Tu dois redevenir Ilana Alom et je dois redevenir Matthew Storm. Saches seulement que je ne regrette pas pour autant ce qu’il y aura eu entre nous. Mais aujourd’hui il est temps qu’on signe la fin de cette relation.

//J’essayais au maximum de me montrer le plus impassible possible. Je ne voudrais pas que tu te remettes à douter. Ta manière de te rapprocher de moi pour ensuite t’éloigner m’est devenue de plus en plus insoutenable. Finalement nous séparer définitivement sera la meilleure chose à faire pour nous deux.//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une romance torturée [Ilana]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une romance torturée [Ilana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ilana Swank
» Salle des tortures
» Maison de Olyi
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» similitudes entre Gollum et les Nazguls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pass Magic :: Pass Magic

 :: La banlieue :: Le jardin romantique
-